Andrew Ranger aura une course de plus à son agenda la saison prochaine.

Série canadienne de NASCAR: treize épreuves en 2017

NASCAR vient de dévoiler le calendrier 2017 de sa série canadienne. Au menu : 13 épreuves au lieu de 12... et toujours aucun arrêt à l'Autodrome Granby de prévu.
Le dossier de Granby a pris un net recul depuis que Brad Moran, qui était à la tête de la série, a été promu à la série des camionnettes de NASCAR. Moran était favorable à Granby alors que George Silbermann­, son successeur au Canada, n'a encore jamais donné son opinion­ sur le sujet.
La série Pinty's comptera donc une course de plus cette année, avec l'ajout d'une épreuve dans l'Ouest. En fait, c'est à un programme double que les amateurs de Saskatoon assisteront, le 25 juillet, puisque deux courses de 125 tours, au lieu d'une seule de 250, seront à l'horaire.
Le 8 juillet, la série canadienne passera à nouveau par le Circuit ICAR de Mirabel. Mais cette année, la course sera présentée sous les réflecteurs, en soirée. Un changement­  plutôt intéressant.
NASCAR ne passera plus par le Sunset Speedway d'Innisfil, où la dernière épreuve n'a pas attiré grand monde. Le Delaware Speedway­, situé à London, recevra le petit monde de la série Pinty's en lieu et place d'Innisfil.
Encore quatre courses sont prévues au Québec. Outre le Circuit ICAR, l'Autodrome Chaudière de Vallée-Jonction (17 juin), les rues de Trois-Rivières (13 août) et l'Auto­drome Saint-Eustache (9 septembre) accueilleront la série canadienne de NASCAR.
Cinq épreuves seront présentées en Ontario, deux en Saskatchewan­, une en Alberta et une en Nouvelle-Écosse.
Comme à l'habitude, la saison s'ouvrira au Canadian Tire Motorsport­ Park (21 mai) et se terminera au Kawartha Speedway de Fraserville­ (16 septembre).
Huit courses seront disputées sur ovale et cinq sur circuit routier.
Ranger aime
Andrew Ranger n'a pas mis de temps à analyser le calendrier 2017 de la série Pinty's. Et il semble apprécier.
« J'aime beaucoup l'idée de courir en soirée à ICAR, dit-il. Ça va donner un nouveau souffle à l'épreuve, ce qui n'est pas une mauvaise affaire. Pour le reste, on a une belle stabilité. C'est rassurant. »
Ranger a hâte au jour où Granby sera au calendrier. Mais il commence à se poser des questions.
« Ça traîne et je n'aime pas ça. C'est à se demander si les dirigeants de la série ont véritablement­ de l'intérêt. »
Pour le reste, le Granbyen se repose à l'approche des Fêtes à la suite d'une saison qui aura été plutôt intense. Il est toujours sans contrat en vue de la prochaine campagne, mais il n'est pas inquiet.
« Avec les gens de Mopar, j'ai toujours réglé après les Fêtes. Je m'entretiens souvent avec mes patrons, qui me parlent comme si tout était officiel en vue de 2017. Non, je ne m'inquiète pas du tout... »
Ranger a terminé deuxième au classement de la série canadienne de NASCAR la saison dernière, une cinquantaine de points derrière la jeune sensation Cayden Lapcevich.