Christophe Normand est ici entouré des jeunes avec lesquels il s’est entraîné une première fois la semaine dernière.

S’entraîner avec un pro du football

La proposition est intéressante : s’entraîner avec un professionnel du football. C’est la possibilité qu’offre Christophe Normand, des Blue Bombers de Winnipeg, aux jeunes de la région.

À tous les jeudis après-midi d’ici au mois d’avril, Normand va s’entraîner au complexe sportif Artopex et il invite les jeunes footballeurs du coin à travailler avec lui. Ça commence à 16 h et ça dure 90 minutes.

« J’ai commencé à m’entraîner au complexe Artopex avant les Fêtes et j’ai lancé l’invitation aux jeunes la semaine dernière via ma page Facebook, explique Normand, originaire de Bromont. Dix-huit joueurs, principalement des écoles J.-H.-Leclerc, Mont-Sacré-Cœur et Massey-Vanier, ont répondu à mon appel. J’étais surpris, mais j’étais très content ! »

Normand propose essentiellement de l’entraînement axé sur la course. Après tout, il faut courir vite quand on joue au football.

« On touche au ballon, mais pas beaucoup. Savoir courir, ça fait partie des essentiels au football. Et le fait de m’entraîner avec d’autres, c’est aussi bon pour moi, ça me motive davantage. »

Recevoir les enseignements d’un pro du football, c’est impressionnant. Et le centre-arrière des Bombers admet qu’il n’a pas trop de misère à obtenir l’attention des jeunes.

« Les jeunes sont attentifs, ils écoutent. C’est l’fun de travailler avec eux. »

Il faut dire que Normand sait comment s’y prendre avec les jeunes. Cet hiver, en attendant qu’il retourne sur les terrains de football au printemps, il enseigne l’anglais à l’Orée-des-Cantons, une école primaire de Waterloo.

« Je remplace pendant un congé de maternité. C’est un beau contrat qui m’a été offert. Je passe un bel hiver. »

Normand deviendra aussi papa pour la deuxième fois en mars.

Vers l’autonomie 

Christophe Normand vient de compléter sa troisième saison avec les Blue Bombers… et peut-être sa dernière.

Admissible à l’autonomie dans quelques semaines, il a refusé la première offre contractuelle de l’équipe du Manitoba.

« Je ne dis pas non à un retour à Winnipeg, mais ça va prendre une meilleure offre, explique le colosse de 6’2’’ et 240 livres sans entrer dans les détails. Ça fait deux ans que je suis partant à ma position et on me donne même le ballon de temps en temps. Il ne faut rien prendre pour acquis, mais je pense avoir fait mes preuves. »

Normand pourra recevoir des offres de toutes les équipes de la Ligue canadienne le 13 février, à compter de midi.

« On verra ce qui va se passer. J’aime jouer à Winnipeg, j’aime la ville et l’organisation est en train de bâtir quelque chose d’intéressant. Mais à l’heure où on se parle, je ne sais pas où je vais évoluer la saison prochaine. »

Bien sûr, on lui a demandé s’il aimerait jouer chez lui, à Montréal. La question ne l’a pas surpris, mais l’ancien du Rouge et Or de l’Université Laval n’a pas voulu commenter.

« On verra bien ce qui va se passer », a-t-il répété, sourire en coin cette fois.

Il en coûte 10 $ par semaine pour s’entraîner avec Christophe Normand. Les coûts vont à la location du site. Pas besoin de réserver sa place.