«On sait qu’on est capables de compétitionner avec les Inouk», explique l’entraîneur Stéphane Scotto, qui est reconnu pour être un motivateur hors-pair.

Scotto croit en ses Braves

Les cris de joie étaient clairement perceptibles de l’extérieur du vestiaire des Braves de Valleyfield, vendredi soir, après que ceux-ci aient remporté leur première victoire face aux Inouk après deux défaites.

Les Braves ont bien travaillé et ils méritaient de revenir devant leurs partisans, dimanche, avec un premier gain en poche.

«On croit en nos chances, on sait qu’on est capables de compétitionner avec les Inouk, mais on sait aussi qu’il faudra toujours jouer notre meilleur hockey pour l’emporter, explique l’entraîneur Stéphane Scotto. Car on ne se racontera pas d’histoires : on affronte toute une équipe de hockey!»

Il y a une semaine, les Braves ont perdu après avoir laissé filer une avance de 3-0. Jeudi, ils ont perdu après avoir surmonté deux déficits de deux buts. Plusieurs croyaient qu’ils étaient sur le point de lancer la serviette, vendredi soir, lorsqu’ils sont débarqués à Granby. Clairement, c’était mal les connaître.

«Les deux premiers matchs se sont joués sur les unités spéciales, reprend Scotto, qui est reconnu pour être un motivateur hors-pair. Honnêtement, et Pat Bosch vous le dira, la deuxième rencontre (victoire de 4-3 des Inouk en prolongation) aurait pu aller d’un bord comme de l’autre. L’idée, alors, était simplement de continuer à travailler fort.»

Les Braves ont travaillé plus fort que les Inouk vendredi. Et soudainement, on a l’impression que cette série pourrait effectivement être longue.

«On respecte énormément les Inouk. Ils ont de bons joueurs et c’est une équipe qui est toujours bien préparée. Le club qui va remporter cette série est celui qui va être supérieur à l’autre dans les détails.»

Bosch : «Je vous l’avait dit»

Patrice Bosch, qui n’a pas aimé l’effort déployé par ses joueurs vendredi, a toujours affirmé que la série face aux Braves sera longue. Chose certaine, il y aura un cinquième match mardi soir au centre sportif Léonard-Grondin à la suite du quatrième, qui sera présenté à l’aréna Salaberry dimanche à 16h.

«Je vous l’avait dit qu’on ne gagnerait pas en quatre et que ce allait être difficile, mentionne-t-il. C’est une bonne équipe, je le répète… et je le répète à mes joueurs à tous les jours.»

Bosch a toutefois mis le match de vendredi derrière lui.

«Il faut regarder en avant et recommencer à jouer comme on en est capables. C’est comme ça que ça marche en séries.»