Le triomphe d’Adam Dyczka, la mine basse d’Icho Larenas.

Retour triomphal de Dyczka!

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Adam Dyczka a effectué un retour triomphal, vendredi soir au Centre Vidéotron de Québec, alors qu’il a vaincu Icho Larenas par mise hors de combat à 3 : 29 minutes du premier round !

Ex-champion des lourds de TKO MMA, Larenas ne s’est jamais relevé après que le Granbyen lui ait envoyé une solide droite à la hauteur d’un œil. Notons que Larenas (6-6) n’avait encore jamais subi de défaite par KO au cours de sa carrière.

Même s’il affrontait un athlète de Québec, Dyczka a reçu un bel accueil de la part des quelque 5000 spectateurs réunis au domicile des Remparts. Il compte de plus en plus de fans… et clairement pas juste à Granby.

« Je suis content !, a-t-il lancé à sa sortie de l’octogone. Je m’étais préparé pour 15 minutes de combat parce qu’on croyait que c’était à mon avantage d’étirer la bataille. Mais j’ai eu une chance… et j’en ai profité. »

Normalement, Dyczka aurait dû être interviewé par l’annonceur maison une fois le combat terminé, mais ça n’a pas été le cas. Le fait qu’il ait pointé le promoteur Stéphane Patry en lui montrant deux doigts a probablement rapport…

« Deux doigts comme dans : “Il reste deux combats à mon contrat avec toi ! ” », a-t-il précisé devant les journalistes.

Dyczka a affirmé que Patry lui avait promis un combat de championnat s’il parvenait à venir à bout de Larenas. En fin de soirée, dans les coulisses, on chuchotait que le promoteur pourrait lui proposer le Brésilien Raphael Pessoa, qui montre une fiche de huit victoires et aucune défaite.

« C’est certain que je veux reprendre ma ceinture. Mais bon, il peut se passer tellement de choses… », a-t-il laissé tomber sans vouloir aller plus loin.

Des efforts payants 
Adam Dyczka n’était pas monté dans l’octogone depuis sa victoire contre Bakary Sakho en décembre au Centre Bell. Et il a souvent déclaré au cours des derniers mois qu’il voulait faire oublier tout ce qui a entouré le test antidopage positif qui lui a fait perdre sa ceinture des lourds.

« J’ai fait du ménage dans ma vie, j’ai travaillé très dur et mes efforts commencent à payer, a-t-il repris. C’était une soirée très importante pour moi et je pense que j’ai fait ce que j’avais à faire. J’ai gagné, j’ai donné un bon show, tout est parfait ! »

Dyczka, qui n’a toujours pas perdu en arts martiaux mixtes (sept victoires, toutes par KO, et un combat annulé), a enfin fait rigoler les nombreux membres des médias qui l’entouraient en disant qu’il commençait à trouver sa droite « plutôt fiable ».

Larenas avait tout de même eu le temps de toucher Dyczka avec une combinaison jab-crochet, le vainqueur ayant une bonne rougeur sous un œil.

Mais c’est lui qui a eu le dernier mot.

« Il m’a pincé solide, a commenté Larenas. Mais les lourds, c’est ça. Ça frappe dur et des fois, ça va vite. Chapeau à lui. »

C’est la seule conclusion qui s’imposait.