Les Bisons ne l’auront pas facile à Plessisville, croit David Lapierre.

Retour à la vraie vie pour les Bisons

« On a été sur un nuage pendant une partie de la semaine, c’est vrai, parce qu’on a tellement passé une belle soirée à l’ouverture locale. Mais là, il faut regarder en avant. »

Les Bisons vont tenter de remporter une troisième victoire en autant de matchs, samedi soir, alors qu’ils visiteront le Métal Pless de Plessisville. Et David Lapierre a l’impression que le retour à la vraie vie ne sera pas facile.

« Le match suivant une soirée émotive comme celle à laquelle on a eu droit samedi dernier, ce n’est jamais évident, a-t-il dit. Mais c’est justement ma job à moi de faire en sorte que les gars soient prêts. Si on veut revivre d’autres beaux moments, il faut gagner. »

Et il y aura des changements dans l’alignement des Bisons dans les Bois-Francs. Ainsi, David Marcotte, Vincent Senez-Allaire, Jean-François Langlais et Christopher Saurette, pour des raisons personnelles, sont tous indisponibles. Lapierre n’avait pas encore finalisé son alignement en soirée, mais on sait qu’Alexandre Carignan sera utilisé à la défense.

En ce qui concerne Saurette, on apprend aussi qu'il est à l’essai avec l’Assurancia de Thetford Mines, dans la Ligue nord-américaine. Il était en uniforme à Sorel-Tracy vendredi. 

Vincent Gervais obtiendra pour sa part son premier départ devant le filet cette saison.

« Vincent a vu beaucoup d’action la saison dernière avec les Maroons et j’ai hâte de voir ce qu’il va nous donner », a ajouté Lapierre.

Les Bisons ont par ailleurs procédé à deux transactions mineures. Ils ont acquis Nicolas Bachand, un dur capable de jouer au hockey, des Loups de La Tuque, et ils ont cédé Elio Di Meo, un autre attaquant, au Bellemare de Louiseville. Des choix au repêchage sont impliqués dans les deux échanges.

Également, le défenseur Jason Larochelle, qui a raté plusieurs matchs en raison de son travail la saison dernière et qui avait quitté momentanément l’équipe en fin de saison régulière, songerait à revenir.

La retraite pour Louis-Philippe Charbonneau

Il ne faut jamais rien prendre pour acquis au hockey senior. Fin juin, les Bisons étaient très excités d’annoncer qu’ils avaient mis la main sur le « légendaire » Louis-Philippe Charbonneau, l’homme aux 5000 minutes de pénalités. Mais on n’a pas vu Charbonneau du camp d’entraînement et voilà qu’il vient d’informer l’équipe qu’il accrochait ses patins.

« Le travail de Louis-Philippe lui prend tout son temps, a expliqué David Lapierre. C’est dommage, mais n’oublions jamais que nos joueurs ne gagnent pas leur vie avec le hockey… »

Et n’oublions pas non plus que Charbonneau est sur le point d’avoir 45 ans…