Les Granbyennes et les Cubaines ont profité d’un échange culturel pour mesurer leurs habiletés.

Ressourcées, les Inouk sont prêtes pour la suite

Ressourcées par un voyage d’équipe à Cuba, les Inouk du basket féminin se préparent à entreprendre leur deuxième moitié de saison avec des rendez-vous à Shawinigan et à Sherbrooke en fin de semaine.

« L’interminable pause des Fêtes est enfin finie », lance l’entraîneur John Van Doorn en rappelant que le dernier match de sa troupe, qui montre une fiche de quatre victoires et trois défaites, remonte au… 2 décembre.

Mais les Inouk ne l’auront pas facile pour célébrer leur retour alors qu’elles affronteront les deux meilleures équipes du circuit.

« Les Électriks (5-1) et les Volontaires (6-0) sont deux solides formations, avec de bonnes joueuses partout, reprend Van Doorn. Ça va prendre un gros effort. »

Si la saison du circuit collégial était terminée, les Inouk seraient des séries éliminatoires en vertu de leur quatrième position sur sept équipes.

« De façon générale, j’ai aimé ce que j’ai vu en première moitié de saison. On a progressé, c’est clair. Le grand défi, maintenant, c’est de finir nos jeux. On se rend au panier, mais la finition n’est pas toujours là. »

Van Doorn sait qu’il obtiendra du bon basket d’Alexandra Nogues et de Laurie Dubé. Mais il aimerait que le reste de ses joueuses élèvent leur niveau de jeu d’un cran.

Un séjour à Cuba

Profitant d’un échange culturel, John Van Doorn et ses joueuses sont allés s’entraîner pendant une semaine à Cuba avec les athlètes d’une équipe locale. Et ils ont adoré l’expérience.

« C’était du gros calibre de basket, explique le vétéran entraîneur. Les Cubaines étaient à peu près du même âge que nos filles, parfois un peu plus jeunes, mais elles étaient très habiles, très talentueuses. Les filles ont appris beaucoup. Ça a été une très bonne préparation en vue de la seconde tranche du calendrier. »

Les Inouk du basket masculin (0-8) seront aussi à Shawinigan vendredi et à Sherbrooke dimanche. Comme si ce n’était pas une saison assez difficile, on raconte qu’Olivier Mugisha, le meilleur marqueur de l’équipe, a dû quitter la formation…