Dans le cas des sports collégiaux dits «annuels», dont le basketball, l’objectif est de respecter l’échéancier habituel, avec une saison qui débuterait à la mi-octobre.
Dans le cas des sports collégiaux dits «annuels», dont le basketball, l’objectif est de respecter l’échéancier habituel, avec une saison qui débuterait à la mi-octobre.

Reprise du sport collégial: soulagement et enthousiasme chez les Inouk

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Les porte-couleurs des Inouk du Cégep de Granby ont assurément poussé un long soupir de soulagement lundi, alors que le Réseau du sport étudiant du Québec (RSÉQ) a finalement donné son feu vert en vue de la saison qui débutera bientôt au niveau collégial.

Responsable des sports au Cégep, René Morin fait néanmoins preuve d’une certaine prudence.

« On va y aller par petits pas, étape par étape et dans le respect des consignes données par les autorités concernées. On doit mettre en place une structure et appliquer un paquet de mesures sanitaires. On avance, mais tranquillement », a-t-il expliqué en entrevue avec La Voix de l’Est mardi avant-midi.

Les restrictions seront effectivement nombreuses cet automne. M. Morin rapporte que les calendriers seront probablement écourtés et qu’aucun championnat provincial n’est prévu à l’heure actuelle. La direction du Cégep de Granby a aussi décidé d’interdire la présence de spectateurs pour les matchs à l’intérieur, en raison des dimensions de son gymnase.

L’annonce de lundi constitue néanmoins une nouvelle très positive pour la communauté sportive.

« J’ai profité des camps pour prendre la température auprès de nos étudiants et c’était unanime : ils voulaient tous reprendre l’action », a raconté M. Morin.

« Je suis aussi impressionné par le niveau de dévouement de nos entraîneurs, de véritables guerriers qui iront au front encore une fois. »

Des calendriers à retravailler

Toutes les équipes du Cégep ont déjà amorcé leurs camps d’entraînement.

La priorité sera d’abord de finaliser les horaires pour les sports dits « automnaux », soit le le cross-country, le flag football et le soccer extérieur masculin dans le cas de l’établissement granbyen. On espère, dans le scénario le plus optimiste, lancer la saison le 25 septembre prochain.

« Le travail avait été fait au printemps, mais la pandémie nous force à revoir nos plans. On repart donc dans nos comités de ligues jeudi, avec les représentants du RSÉQ », a indiqué René Morin.

Pour ce qui est des disciplines « annuelles » (badminton, basketball, cheerleading, hockey, soccer intérieur et volleyball à Granby), l’objectif est de respecter l’échéancier habituel, avec un calendrier qui débuterait à la mi-octobre.

Reste maintenant à voir si les équipes pourront continuer de voyager d’une région à l’autre.

On ignore par ailleurs s’il faudra toujours parler des Inouk la saison prochaine. La direction du Cégep de Granby a récemment annoncé un processus afin de déterminer s’il y a lieu d’imiter les organisations sportives qui ont abandonné un nom ayant une connotation raciste. Un expert en sociologie est notamment consulté. La Voix de l’Est n’a pu obtenir une mise à jour à ce sujet mardi.

Associé au Cégep depuis plus de 50 ans, le nom est Inouk a jadis été choisi afin de rendre hommage au peuple inuit.