Steve Green a mené les Castors à deux championnats des séries (2011 et 2017) en tant que gérant.

Remue-ménage chez les Castors

Après avoir été couronnés champions en 2017, les Castors d’Acton Vale ont été éliminés rapidement des séries lors de la dernière saison. Et puisque la barre est toujours placée très haut à Acton, il fallait s’attendre à des changements.

Mardi, les Castors ont ainsi annoncé un remue-ménage au niveau des opérations baseball. Non, personne n’a perdu sa job, mais les changements sont tout de même importants.

C’est ainsi que Steve Green ne sera plus le gérant de l’équipe, lui qui cède sa place à Martin Bérubé, qui n‘annonce pas pour autant sa retraite comme joueur actif. Green sera désormais directeur général, poste qu’occupait Jean-François Dorais qui, de son côté, se consacrera dorénavant exclusivement à ses fonctions de responsable des opérations baseball.

Bien sûr, le départ de Green comme gérant constitue la plus grosse nouvelle. Après tout, il était là depuis 2011 et il a mené les Castors à deux titres – en 2011 et en 2017 – ainsi qu’à une fiche de 162 victoires et 97 défaites.

« En raison principalement d’obligations familiales, j’ai raté de nombreux matchs la saison dernière, a expliqué Green lorsque joint par La Voix de l’Est. Quand je n’étais pas là, c’était parfois Jean-François qui prenait les décisions sur le terrain, parfois Martin, parfois Frédéric Gaudreau. Ça devait difficile pour les joueurs. Et même quand j’étais là, c’était devenu compliqué aussi. Là, les choses seront claires et l’équipe ne s’en portera que mieux. »

Le fils de Green, Lucas, neuf ans, passe le plus gros de l’année aux États-Unis, auprès de sa mère. Et lorsqu’il est au Québec, l’été, l’ancien des ligues majeures en fait sa priorité.

Martin Bérubé est d’avis qu’il peut apporter quelque chose aux Castors à titre de gérant.

Green, par ailleurs, est en attente d’une opération à la hanche. Il ne sait pas quand l’intervention aura lieu et il ne sait pas s’il pourra lancer à nouveau une fois opéré. La saison dernière, diminué, il n’a donné que 17 manches aux Castors, principalement en relève, maintenant quand même une moyenne de points mérités de… 0,81.

Green estime par ailleurs que Martin Bérubé fera un excellent gérant.

« Il a dirigé les Castors en 2007 et c’est une très bonne tête de baseball. Il est ici depuis longtemps (13 ans), il demeure un excellent frappeur et il possède un gros CV, ayant évolué dans le réseau des filiales des Orioles de Baltimore. Il va faire le travail, je le sais. »

Bérubé, lui, a commenté en disant qu’il était très heureux de la tournure des événements.

« Je connais l’équipe, je connais la ligue et je pense que je peux apporter quelque chose aux Castors en tant que gérant, a-t-il indiqué. Ma priorité sera de faire en sorte qu’on retrouve un alignement stable, quelque chose qui nous a manqué terriblement la saison dernière. »

Sur le terrain, Bérubé travaillera principalement avec Frédéric Gaudreau, qui a peu joué ces dernières années, Dorais et même Green, qui donnera un coup de main avec les lanceurs.

Des rôles définis

Jean-François Dorais était directeur général des Castors depuis huit ans. Le recrutement, les transactions, les relations avec la Ligue de baseball majeur du Québec, tout ça relevait de lui. Et il aime l’idée d’en avoir un peu moins sur les épaules.

« Je vais en avoir moins et je vais pouvoir être plus efficace dans ce que je vais faire, a-t-il mentionné. La dernière saison n’a pas été au goût de personne et il fallait revoir notre fonctionnement. Maintenant, les rôles vont être vraiment définis. Je pense qu’on s’en va à la bonne place. »

Et avant que vous ne posiez la question, il entend bel et bien continuer à jouer, à 51 ans, la saison prochaine…