Rémi Poirier en est à sa deuxième saison devant le filet des Olympiques de Gatineau.

Rémi Poirier sauve la mise à Gatineau

Les Olympiques de Gatineau connaissent un début de saison difficile, c’est le moins qu’on puisse dire. Avant le match de vendredi soir qui les opposait aux Remparts de Québec à domicile, ils n’avaient remporté que trois de leurs 16 premières rencontres (3-11-2) et avaient notamment connu une séquence de 10 défaites d’affilée.

Mais devant le filet des Olympiques, le Farnhamien Rémi Poirier fait le travail. Il le fait tellement bien, en fait, que le confrère Jean-François Plante, du quotidien Le Droit, dira « heureusement qu’il est là, lui ! » lorsqu’appelé à commenter le début de saison de l’ancien des Cantonniers de Magog.

« On ne s’attendait pas à ce genre de départ, explique Poirier, joint quelques heures avant le match face aux Remparts. Il y a eu des blessures, des joueurs qui se sont peut-être retrouvés dans la mauvaise chaise, mais il y a aussi tous ces petits détails que nous ne réussissons pas bien. Mais on a une bien meilleure équipe que notre fiche ne l’indique, c’est clair dans ma tête. »

Après 11 matchs — et toujours avant celui contre les Remparts —, Poirier, qui avait remporté les trois victoires de son équipe, affichait une moyenne de buts alloués de 3,85 et un pourcentage d’arrêts de ,892. On nous confirme en Outaouais qu’il a sauvé la mise plus d’une fois à la faveur des Olympiques.

« C’est certain que c’est une saison importante pour moi puisque c’est ma première année d’éligibilité au repêchage de la Ligue nationale. En même temps, je n’en fais vraiment pas une obsession. Il y a le repêchage, mais je pourrais aussi être invité à un camp d’entraînement également. Honnêtement, je me concentre d’abord et avant tout sur ce que j’ai à faire devant le filet. »

Poirier, qui vient d’avoir 18 ans, affirme qu’il n’a pas le statut de gardien no. 1 avec les Olympiques.

« Mon partenaire Creed Jones a 19 ans et il a raté des matchs en raison d’une blessure. L’entraîneur Éric Landry ne nous a jamais dit : “C’est toi le no 1 et c’est toi le no 2’. J’ai l’impression que celui qui va le mieux jouer aura le filet, tout simplement. C’est une saine compétition et c’est correct, ça me convient très bien. »

Heureux à Gatineau

Rémi Poirier en est à sa deuxième campagne avec les Olympiques. Après n’avoir disputé que 11 matchs au cours du calendrier régulier la saison dernière — principalement en raison de l’opération qu’il a subie pour traiter un problème à un rein —, l’athlète de 6’2’’ et 220 livres a impressionné en séries éliminatoires.

« Je suis heureux ici à Gatineau. Les Olympiques, c’est une grosse tradition, et nous sommes traités comme de véritables professionnels. C’est un très bel endroit pour jouer au hockey junior. »

Reste aux Olympiques à jouer du meilleur hockey.

« Je suis confiant. C’est un départ difficile, mais la saison est longue. Il reste encore beaucoup de hockey devant nous. »

SEPT JOUEURS DE LA RÉGION DANS LA LHJMQ

La Voix de l’Est a répertorié sept joueurs de la région qui évoluent présentement dans la LHJMQ. 

Voici la liste :

Blainville-Boisbriand : Benjamin Corbeil (Granby)

Gatineau : Rémi Poirier (Farnham), Jérémy Rainville (Brigham)

Rouyn-Noranda : Loïc Bergeron (Bromont)

Shawinigan : Charles Beaudoin (Bromont)

Sherbrooke : Yann-Félix Lapointe (Granby)

Val-d’Or : Alexandre Couture (Granby)