Présenté lundi soir, le plan de déconfinement de Baseball Québec permettra d’abord une reprise graduelle des entraînements et le développement des habiletés individuelles.
Présenté lundi soir, le plan de déconfinement de Baseball Québec permettra d’abord une reprise graduelle des entraînements et le développement des habiletés individuelles.

Relance du baseball: Rochefort plaide pour le développement individuel

Mathieux Rochefort sera évidemment fort heureux si ses équipes peuvent disputer de vrais matchs cet été. Le directeur général des Guerriers junior élite appuie néanmoins le plan de déconfinement présenté par Baseball Québec lundi soir, qui permettra d’abord une reprise graduelle des entraînements et le développement des habiletés individuelles.

« Ça fait plusieurs années que je le dis : au baseball mineur, il y a beaucoup trop de games pour le nombre d’entraînements », a affirmé Rochefort mardi avant-midi.

« L’équipe de mon garçon a joué 50 matchs l’été dernier. Selon le programme de développement à long terme de l’athlète, il faut que tu pratiques deux fois plus que tu joues. Il faudrait donc aller sur le terrain 150 fois en l’espace de quatre mois... », a ajouté celui qui continuera de diriger son fils avec les Guerriers pee-wee AA de Richelieu-Yamaska.

Alors que plusieurs craignent une saison perdue, le Granbyen y voit plutôt « un mal pour un bien ».

« On a la chance de pouvoir mettre l’emphase sur l’évolution de nos jeunes individuellement. Profitons-en. »

Rochefort estime qu’il faut d’abord se concentrer sur les habiletés motrices, comme le prévoit le plan de la fédération, avant d’enchainer avec des gestes techniques plus complexes. Il plaide aussi pour une formation accrue des entraîneurs et des parents, qui peuvent effectuer certains exercices de base avec leurs enfants.

«On a la chance de pouvoir mettre l’emphase sur l’évolution de nos jeunes individuellement. Profitons-en», affirme Mathieux Rochefort (au centre).

Un plan « contraignant»

Le président de Baseball mineur Granby, François Lemay, adhère complètement à cette vision.

« Tout le monde aime la compétition et veut jouer des matchs, a-t-il reconnu. Connaître l’ivresse de la victoire et la tristesse de la défaite. (...) Mais s’il le faut, on va simplifier les choses et développer nos jeunes au niveau local. »

À LIRE AUSSI: Baseball Québec dévoile un plan de relance

Lemay émet cependant des réserves au sujet du plan de Baseball Québec, qu’il juge « contraignant » à certains égards.

« On demande à chaque joueur d’utiliser son propre équipement, mais le jeune de cinq ans, il n’a probablement pas de bâton. Normalement, ses parents peuvent l’amener au terrain avec un gant à 10$ en sachant qu’on va prêter le reste. »

« Nous sommes une organisation de bénévoles et je me demande comment on pourra appliquer toutes ces mesures de manière réaliste. »

La fédération québécoise n’a pas établi d’échéancier lundi soir. En raison de « l’excellente collaboration » de la Ville de Granby, François Lemay croit néanmoins que les terrains seront prêts « en dedans de 24h » lorsque le feu vert sera donné.

LBJEQ: « On pousse tous pour jouer »

En ce qui concerne la saison 2020 de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ), Mathieux Rochefort reconnaît que la présentation de Baseball Québec a réduit son niveau d’optimisme.

Les dirigeants des Guerriers seraient prêts à tenir un camp d’entraînement rassemblant une vingtaine d’athlètes. On comprend toutefois que ce type d’activités ne sera pas permis avant la troisième « manche » du plan. La reprise des ligues interrégionales est prévue lors de la sixième étape.

Rochefort souligne toutefois que la plupart des joueurs de niveau junior élite continuent de s’entraîner autant que possible malgré la pandémie, ce qui pourrait accélérer la relance. Il attend donc les annonces gouvernementales, mais aussi celles de l’état-major de la LBJEQ.

« On pousse tous pour jouer. Après, ce sera aux gouverneurs et à la ligue d’évaluer les coûts supplémentaires que ça implique. Pour le moment, je ne suis au courant de rien. »

En entrevue la semaine dernière, le receveur des Guerriers Xavier Langlois et son gérant, Denis Lamontagne, se sont montrés pessimistes. Ce dernier croit même « qu’il n’y aura pas de matchs » tant que les restrictions actuelles seront en vigueur puisque « la moitié des équipes ne sont pas assez fortes financièrement ».

À LIRE AUSSI: Les vétérans de la LBJEQ commencent à faire leur deuil