Rebecca Marino à l’entraînement. Elle débarque à Granby avec l’objectif de jouer du bon tennis, tout simplement.

Rebecca Marino attire l'attention

Rebecca Marino va entamer sa participation au Challenger Banque Nationale lundi soir alors qu’elle affrontera la Française Manon Arcangioli sur le court central à compter de 18h30.

L’ex-38e joueuse mondiale est clairement celle qui attire le plus l’attention au sein du tableau féminin du tournoi. En fait, c’est aussi probablement celle qui attire le plus l’attention au 23e Challenger tout court. Oui, les gens ont hâte de la voir jouer. 

«Je sais que les médias ont parlé de mon histoire et je sais que bien des gens sont heureux de me voir de retour, a souligné la Britano-Colombienne, dimanche après-midi, après une longue séance d’entraînement. Est-ce que je ressens plus de pression à cause de ça? Je ne sais pas. En fait, je ne pense pas…»

Marino, on le sait, est revenue au jeu après avoir été tenue loin des courts pendant cinq ans en raison d’une dépression. Depuis son retour, elle a remporté trois tournois de type Futures ainsi que le Challenger de Winnipeg il y a deux semaines. Elle arrive de Gatineau, où elle s’est inclinée au deuxième tour face à l’Australienne Arina Rodionova, favorite à Granby.

«Les journalistes sont intéressés à me parler de ce que j’ai vécu et c’est normal. En même temps, c’est parfois difficile pour moi d’en discuter. Mais je suis une joueuse de tennis professionnel et ça fait partie de mon parcours. À un moment donné, j’imagine qu’on parlera uniquement que de tennis…»

L’athlète de 6’, qui semble un brin timide, n’est pas débarquée à Granby avec des objectifs très précis, sinon celui de jouer le plus de matchs possibles.

 «Je ne suis pas rendue au point de me fixer de grands objectifs. Tout ce que je veux, présentement, c’est jouer du bon tennis. Et parfois, on peut bien jouer même quand on perd.»

Marino en est à sa première présence chez nous. Mais elle a souvent entendu parler de Granby.

«On m’a dit qu’il y a toujours de belles foules et que les gens connaissent leur tennis. J’ai très hâte de voir.»