Ici entouré d'Andrew Ranger (à gauche) et de Marc-Antoine Camirand, Alex Tagliani avait le sourire facile sur le podium.

Ranger derrière Tagliani au Grand Prix de Trois-Rivières

Pour la cinquième année de suite, Andrew Ranger a échappé la victoire de peu au Grand Prix de Trois-Rivières.
Après avoir obtenu sa quatrième pole en carrière dans les rues de la cité de Laviolette, Ranger (no 27) a baissé pavillon devant Tagliani, qui était tout simplement trop fort pour la compétition.
Dimanche après-midi, Ranger a de nouveau terminé deuxième, cette fois derrière Alex Tagliani, lors du 50 Tours Can-Am, neuvième épreuve de la saison de la série canadienne de NASCAR. Après avoir obtenu sa quatrième pole en carrière dans les rues de la cité de Laviolette, il a baissé pavillon devant Tagliani, qui était tout simplement trop fort pour la compétition. 
« Alex était très, très rapide, a mentionné le Granbyen. Il avait une bonne voiture, un peu supérieure à la mienne, et il a su en soutirer le maximum. »
Tagliani était parti deuxième. Après avoir tenté de dépasser Ranger dès le premier tour, Tag a atteint son objectif au 27e passage. Il n'a plus jamais été second par la suite, résistant notamment à un drapeau jaune à la toute fin de la course qui a nécessité trois tours de prolongation. 
« C'est une victoire qui fait du bien, a avoué celui qui n'était pas encore monté sur la première marche du podium cette saison. J'avais une bonne voiture, particulièrement en ligne droite, et on a pris une excellente décision en faisant des ajustements au système de freinage tout juste avant le début de l'épreuve. Lors de la dernière relance, j'ai poussé le plus fort possible... et ça a fonctionné­. Je suis content ! »
Marc-Antoine Camirand a fini troisième. Louis-Philippe Dumoulin a pris la quatrième place devant ses partisans alors qu'Alex Labbé, lui, a terminé cinquième. 
Jean-François Dumoulin, sixième, et Simon Dion-Viens, neuvième, ont été les autres Québécois à se tailler une place dans le top 10. À sa troisième course de la saison, Martin Côté, de Shefford, a fini 17e. Vingt voitures ont pris le départ. 
Pas de chicane 
Clairement, il y a une rivalité entre Alex Tagliani et Andrew Ranger. Il y a un mois encore, à Toronto, le premier a mis fin à la course du second en tentant un dépassement audacieux qui a mal tourné et Ranger n'a pas mâché ses mots pour exprimer sa frustration. Mais dimanche, il n'y a pas eu de chicane et les deux hommes ont fraternisé sur le podium et en conférence de presse. 
« Je n'ai rien à redire sur la façon dont Alex m'a doublé au 27e tour, a repris Ranger. C'était bien fait, c'était propre, c'était clean. Il a fait une très belle course, il a imposé un rythme d'enfer, et je ne peux que le féliciter. Sa victoire, il l'a méritée. »
Il aurait toutefois aimé lutter à armes égales en deuxième partie d'épreuve. 
« Ma voiture piquait du nez (sous-virage) et mes freins étaient usés. Quand tu freines et que tu entends "toc", c'est mauvais signe. Je n'avais pas le choix, il fallait que je l'économise­ mon bolide... »
Ranger a ri quand il s'est fait demander ce qu'il lui faudra faire pour renouer avec la victoire à Trois-Rivières, là où il compte quatre triomphes en série canadienne­ de NASCAR. 
« J'essaie, j'essaie fort. Mais bon, il n'y a rien de gênant à être deuxième non plus à l'intérieur d'une série qui est de plus en plus compétitive. »
Parce qu'il a dû faire l'impasse sur l'épreuve d'Edmonton en raison de la maladie, Ranger ne se bat plus pour le championnat. Mais il ne prend certainement pas moins les choses moins au sérieux. 
« Ça n'a rien changé à ma façon de conduire aujourd'hui. Je n'ai pas été plus ou moins agressif. Mais j'ai hâte de gagner une course à nouveau­. Gagner, on est là pour ça. »
La dernière victoire de Ranger remonte à l'an dernier à Mirabel. Il n'a pas gagné à ses 16 derniers départs.
Alex Labbé a profité de la mauvaise journée au bureau de Kevin Lacroix pour augmenter à 23 points son avance en tête du classement des pilotes.
Labbé satisfait... et déçu
Alex Labbé ne comptait pas parmi les favoris pour l'emporter au Grand Prix de Trois-Rivières. Sur circuit routier, les chances de Kevin Lacroix et d'Andrew­ Ranger étaient supérieures aux siennes. Sa cinquième place est donc satisfaisante. Quoique...
« Cinquième, c'est correct, a commencé par dire le protégé de BRP. Mais j'aurais pu faire mieux encore. On a encore manqué de puissance en ligne droite et c'est un problème qu'il va vraiment falloir finir par régler. Je suis à la fois satisfait... et un peu déçu. »
Labbé a toutefois profité de la mauvaise journée au bureau de Kevin Lacroix pour augmenter à 23 points son avance en tête du classement des pilotes. Victime d'un bris de transmission, Lacroix, vainqueur à Trois-Rivières en 2015 et en 2016, n'a même pas complété l'épreuve, finissant 18e.
Il y a aussi une rivalité de plus en plus forte entre Labbé et Lacroix. Leurs voitures se sont d'ailleurs touchées quelques fois dimanche.
« Quitter Trois-Rivières avec une avance supérieure au classement fait mon affaire. Je suis là pour le championnat, tout le monde le sait. »
La course était commanditée par Can-Am, la marque de véhicules hors route de BRP, le commanditaire majeur de Labbé. Et le pilote de Victoriaville n'aurait pas détesté en mettre plein la vue à ceux qui le soutiennent.
« Ça aurait été l'fun de gagner pour eux, c'est sûr. Mais bon, on fait toujours de notre mieux... »
Côté : « Je fais ma place »
Même s'il a embrassé le mur une couple de fois et qu'il a fini 17e, Martin­ Côté n'était quant à lui pas déçu de sa performance, loin de là.
« J'ai amélioré mes chronos ici par rapport à l'an dernier et ça, ça me rend très heureux, a souligné le Sheffordois. Tranquillement, je prends mes aises, je fais ma place. Je ne suis pas gêné de mes performances. » Michel Tassé
Classement 
(après neuf épreuves)
1. Alex Labbé 385 pts
2. Kevin Lacroix 362 pts
3. Cayden Lapvecich 352 pts
4. L.-P. Dumoulin 348 pts
5. D.J. Kennington 344 pts
8. Andrew Ranger 304 pt