La GEW mise sur le côté théâtral et acrobatique du sport davantage que sur la violence.

Quinze ans de lutte!

Frédéric Robert est fier. Fier parce que sa petite organisation, la Global Entertainment Wrestling (GEW), tient le coup depuis 15 ans. Et cet anniversaire sera célébré le 13 mai au gymnase de l'école secondaire de la Haute-Ville, à l'occasion d'un gala où il promet beaucoup d'action.
Le promoteur Frédéric Robert promet beaucoup d'action lors du prochain gala de la GEW, qui aura lieu le 13 mai au gymnase de l'école secondaire de la Haute-Ville.
« Les gens me connaissent aussi par mon implication au sein des Cosmos, mais la lutte reste quelque chose de très important pour moi, explique Robert, qui a lui-même lutté dans ses galas. J'aime la lutte (la lutte-spectacle, on s'entend) pour sa couleur, son côté théâtral et ses personnages. C'est un sapré bon divertissement. »
La GEW a présenté plus d'une centaine de galas depuis 15 ans. À Granby, d'abord et avant tout, mais aussi ici et là dans le coin. Il s'agit d'un beau succès pour une organisation régionale faisant la promotion d'un sport dont on se moque plus souvent qu'autrement. 
« Il y a un bon public pour la lutte dans la région. Mais il y a des préjugés, c'est clair. J'aimerais qu'on s'associe à des événements ou des organismes de Granby, mais ça ne fonctionne pas. Même après toutes ces années, il y a encore des gens à convaincre. »
Robert affirme que son organisation mise sur le côté théâtral et acrobatique du sport davantage que sur la violence. 
« Du cassage de chaise sur la tête, il n'y en a pas chez nous. On fait attention. On veut qu'un père amène ses enfants à nos galas et qu'il ne soit pas gêné de le faire. »
Le 13 mai, la finale opposera le Granbyen Mitch Thompson, champion de la GEW, à Jay, champion provincial. Thompson monte graduellement les échelons de la lutte, lui qui pratique même son sport aux États-Unis et qu'on a vu quelques fois à la télé. 
« Mitch a un bel avenir devant lui. Je pense qu'on va entendre parler de lui énormément avant longtemps. »
Dans la même veine, Robert est particulièrement fier de mentionner que Kevin Owens, devenu une grande vedette de la WWE, a lutté plus d'une fois dans le cadre de ses galas. 
« Il a tellement travaillé fort pour en arriver jusque-là. C'est ce que je dis aux jeunes qui veulent lutter, mais qui ne font pas toujours les efforts pour s'améliorer. Kevin, c'est un modèle de persévérance. »
Des vidéos 
Frédéric Robert, qui est père de trois filles, se souvient très bien de ses débuts dans le monde de la lutte. 
« Avec d'autres passionnés, on faisait des vidéos. On misait sur les personnages, le côté théâtral et l'aspect rigolade de la lutte. Et on en vendait beaucoup ! Puis, j'ai organisé un premier gala. Et un autre et encore un autre. Et on est encore là 15 ans après. »
Ses galas ont même attiré des foules intéressantes au centre sportif Léonard-Grondin. Il promet d'ailleurs qu'il y reviendra avant longtemps. 
« En raison notamment des succès de Kevin Owens, il y a un bel intérêt pour la lutte présentement. Je m'attends à une belle foule le 13 mai. »
On le lui souhaite.
Les billets pour l'événement sont en vente au EB Games des Galeries de Granby au coût de 18 $ pour les adultes et de 7 $ pour les enfants.