Sous les ordres de Charles Rondeau, les Inouk ont conservé une fiche de cinq victoires, huit défaites et une défaite en prolongation.

Qui dirigera les Inouk?

À la suite d’une énième performance décevante des Inouk, l’entraîneur en chef Charles Rondeau a remis sa démission tard vendredi soir.

Rondeau a informé la direction de l'équipe de sa décision à la suite de la défaite de 8-4 subie par son club face aux Shamrocks du West Island, le pire club de la Ligue junior AAA. Il a vidé son bureau du Centre sportif Léonard-Grondin avant de quitter.

Après le match, Rondeau, prétextant ne pas vouloir dire des choses qu'il pourrait regretter, n'avait pas voulu s'adresser aux médias.

Dans un courriel envoyé à l’auteur de ces lignes, Rondeau, qui avait remplacé Patrick Bergeron plus tôt cette saison, a affirmé qu'il avait fait de son mieux et qu'il allait en dire plus dimanche ou lundi.

Les Inouk ont une fiche de 15 victoires, 18 défaites et trois défaites en bris d'égalité. Ils ont perdu leurs trois derniers matchs, quatre si on compte le revers qu'ils ont subi à Longueuil mais qui a été transformé en gain parce que le Collège Français avait un entraîneur inadmissible derrière le banc.

Sous les ordres de Rondeau, les Inouk ont conservé une fiche de cinq victoires, huit défaites et une défaite en prolongation, toujours en comptant le gain ajouté à Longueuil.

Graveline aussi

Mais voilà, Rondeau n’est pas le seul à avoir jeté l’éponge. Selon de multiples sources, ils sont sept à avoir remis leur démission à l’intérieur du département hockey des Inouk.

Ainsi, le directeur général François Graveline, son adjoint Frédéric Simard, les entraîneurs-adjoints Gabriel Doyon, Philippe Daudelin, David Casabon (qui s’occupe des gardiens) et le dépisteur David Crowdis ont tous quitté le navire. Graveline n’a pas retourné les appels laissés par l’auteur de ces lignes.

Les membres de l’OSBL, le président Richard Morasse en tête, sont toutefois encore en poste.

Dans un autre courriel, Marco Bernard, qui demeure un des propriétaires des Inouk, a affirmé qu’il n’émettrait aucun commentaire pour le moment. Cette histoire ressemble d’ailleurs à un bras de fer entre Bernard et les hommes de hockey de l’organisation.

Reste à savoir maintenant qui dirigera les Inouk, dimanche après-midi, alors qu’ils affronteront les Cobras de Terrebonne au Centre sportif Léonard-Grondin. Car ça vient vite.

Bernard, qui a déjà dirigé l’équipe, se retrouvera-t-il derrière le banc en compagnie de Samuel Bessette, un des seuls membres de département hockey encore en poste?

Selon certaines sources, le poste d’entraîneur a été offert à David Lapierre, qui dirige les Bisons. Mais Lapierre, avec les Bisons, son emploi à temps plein au programme sports-études de l’école De Mortagne à Boucherville (et les deux équipes de hockey dont il est responsable) et sa famille, en a déjà plein le chapeau. À moins que…