Quatre nouveaux membres ont été admis au Panthéon du soccer granbyen mardi soir.

Quatre nouveaux membres admis au Panthéon du soccer granbyen

La soirée d’intronisation au Panthéon du soccer granbyen était chargée d’émotion, mardi soir au restaurant Au Vieux Duluth local. Un moment de retrouvailles, de réjouissances et de commémorations qui s’est conclu par l’immortalisation de trois bénévoles et d’une joueuse ayant marqué les Cosmos de Granby lors de leur passage au sein de l’organisation.

Le comité du Panthéon du soccer granbyen ne manquait pas de candidats cette année pour l’intronisation annuelle. Des dizaines de bénévoles ont apporté leur pierre à l’édifice au fil des ans. Les membres du CA se sont toutefois mis d’accord pour introniser les entraîneurs Linda Charbonneau, Robert Kmec et Marcel Vink, ainsi que la joueuse Émilie Carmel à titre posthume.

« C’est surtout des gens qui ont commencé à s’impliquer il y a plusieurs années, mais on n’y va pas par ancienneté, seulement par la qualité du dossier », a précisé Yvan Ménard, président du comité du Panthéon du soccer granbyen.

Pour les personnes choisies, il s’agissait d’un grand honneur de voir leur portrait accroché aux côtés des premiers bénévoles du club.

« Ça me met vraiment un baume au cœur puisque je ne peux plus m’impliquer et je vois ma santé se dégrader peu à peu, a expliqué Marcel Vink, visiblement ému. Je suis très fier, mais je ne me suis jamais impliqué pour avoir les honneurs. [...] Ce soir, ça me permet de revoir des gens que je n’ai pas vus depuis des années. »

Si plusieurs ont l’impression que Marcel Vink a toujours gravité dans le milieu du soccer à Granby, c’est que son implication remonte à la saison 1993-1994. Il avait alors accepté le poste d’entraîneur adjoint avec les Loisirs U-7. Le passionné a par la suite occupé différents postes d’instructeur jusqu’à la saison 2012-2013.

Ami et ancien collègue de M. Vink, Robert Kmec était en voyage et n’a donc pu être présent pour l’hommage mardi soir, mais selon ses filles Gabrielle et Tania, le paternel était particulièrement flatté par cette reconnaissance.

« Il nous a vraiment fait grandir dans le sport. Je ne pense pas qu’il s’y attendait, mais il en était très heureux », a indiqué Tania Kmec.

Son père a débuté derrière le banc des Cosmos en 1996 comme entraîneur pour l’équipe féminine U-8. Sa formation a d’ailleurs terminé troisième au classement dès sa première saison.

Comme bien d’autres, il a par la suite navigué au sein de l’organisation des Cosmos avant de terminer sa carrière en 2010, au poste d’instructeur-chef de l’équipe féminine U-18AA.

Linda Charbonneau devance néanmoins ces deux messieurs en terme d’ancienneté. Celle qui cumule près de trente ans d’implication a découvert le monde du soccer en 1989.

« Quand mon garçon a commencé à jouer, je me suis dit que je pourrais aussi commencer à m’impliquer. Je l’ai suivi et quand il a arrêté, j’ai aussi entraîné ma petite-fille », a-t-elle raconté. Linda Charbonneau a notamment été gérante pour les Cosmos de 1995 à 1997 ainsi que bénévole dans le cadre du Tournoi Mario Robitaille (de 1990 à 2004) et de l’International de soccer Jean-Yves Phaneuf (de 1997 à 2002).

Hommage posthume

L’organisation a également choisi de rendre hommage à la joueuse Émilie Carmel, décédée en 2015 à l’âge de 17 ans à la suite d’un cancer généralisé.

« Quand M. Phaneuf m’a appelé, j’étais vraiment sous le choc. On ne s’attend pas à voir une fille de 17 ans dans un panthéon, mais je pense qu’elle aurait vraiment été fière », a souligné la mère d’Émilie, Josée Carmel.

Sa fille a commencé à jouer dès ses 5 ans pour l’équipe novice d’Ange-Gardien. Sa jeune carrière sportive a toutefois pris une tournure dramatique en 2013, alors qu’elle apprît qu’elle souffrait d’un cancer agressif au cerveau. Une nouvelle qui ne l’a pas empêché de rejouer en 2014 pour l’équipe U17-AA, faisant ainsi preuve d’une grande détermination.