Originaire de Lac-Brome, la cycliste Lyne Bessette a participé aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 puis à ceux d’Athènes en 2004.

Sauver l’âme olympique

Ça y est, c’est parti ! Êtes-vous contents que les Jeux soient commencés ?

Cette semaine, quelqu’un m’a demandé comment est-ce que je me sens, en tant qu’ex-olympienne, lorsque les Jeux débutent. Honnêtement, c’est une bonne question.

Oui, je l’avoue, je suis un peu nostalgique. Même si on entame les Jeux d’hiver et que j’ai participé à ceux d’été (Sydney en 2000 et Athènes en 2004), ça me rappelle plein de souvenirs. Je me souviens particulièrement de la fébrilité qui m’habitait avant Sydney.

Car il y a une énorme différence, voyez-vous, entre participer à ses premiers Jeux et prendre part à ses deuxièmes ou troisièmes. Toute la différence du monde, en fait.

Quand tu arrives à tes premiers Jeux, tu es heureux, tu es excité, car tu réalises véritablement un rêve. Mais en même temps, tu te poses plein de questions. C’est un paquet d’émotions mélangées. Il y a le bonheur, mais il y a aussi le stress. C’est très spécial.

Tu te demandes si tu es prêt, si tu as fait ce qu’il fallait à l’entraînement, si tu ne vas pas craquer sous la pression, etc. Mais il faut que tu te rappelles que d’être là, juste d’être là, c’est un aboutissement. Après tout, tu as réussi là où plusieurs ont échoué.

Quand tu arrives aux Jeux, ta routine d’athlète est aussi complètement défaite et ça demande une adaptation, un ajustement. Tu ne t’entraînes plus quand tu veux, tu ne te couches plus quand tu veux, tu découvres le village olympique, il y a les longues cérémonies d’ouverture, il n’y a plus rien de pareil. Sincèrement, ça peut être un brin déstabilisant.

Déjà, quand tu en es à tes deuxièmes Jeux, c’est différent, en ce sens que tu sais davantage ce qui t’attend. Ça aide beaucoup.

Qu’est-ce que je vais suivre avec attention au cours des deux prochaines semaines ? J’aime beaucoup le patinage de vitesse, le ski de fond et le ski acrobatique. Évidemment, je vais m’intéresser aux performances de notre Maxence Parrot national.

Les Jeux, c’est le sport
Avez-vous entendu parler des déclarations de Jean-Luc Brassard, notre ex-champion des bosses, qui est très amer face aux questions de dopage et de tout ce qui a entaché le mouvement olympique au cours des dernières années ? Jean-Luc est même allé jusqu’à dire qu’il souhaite voir la fin des Jeux !

Jean-Luc est un homme intelligent et je suis plutôt d’accord avec lui quand il dit qu’on s’est énormément éloigné de l’esprit des Jeux. Il y a des choses à revoir et des choses à repenser, car on est en train de carrément perdre l’âme olympique.

Les Jeux olympiques, ce sont les compétitions, c’est le sport. Depuis trop longtemps, on parle de dopage, de corruptions, de scandales, de tout finalement sauf des athlètes et de sport. C’est triste.

Il faut sauver l’âme olympique. J’espère que PyeongChang va y arriver.

- Propos recueillis par Michel Tassé