Yves Mailhot est le préparateur physique de Maxence Parrot depuis sept ans.

«Max a ce qu’il faut pour remporter l’or»

Yves Mailhot est le préparateur physique de Maxence Parrot. Il l’entraîne depuis sept ans. Et il sait que la vie du planchiste risque de changer à la suite de la prochaine semaine.

« Max a ce qu’il faut pour remporter l’or deux fois aux Jeux de PyeongChang, a expliqué Mailhot. Il est en forme, il est prêt, il est au sommet de son art. Mais en même temps, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Mais j’ai tellement confiance en lui. »

Heure du Québec, Parrot prendra part à la finale du slopestyle samedi soir. 

« Max avait 16 ans quand je l’ai connu, a repris Yves Mailhot. C’était mon voisin, mais je lui ai parlé la première fois lorsqu’il est venu au gym [Concept Action, rue John-Savage]. On a jasé un peu, je l’ai trouvé très sympathique et il m’a dit qu’il voulait aller aux Jeux olympiques. Ça m’a fait rire un peu, car tout le monde veut aller aux Jeux. Mais il est rendu à 23 ans et ça fait deux fois qu’il y va ! »

Dans son travail, Mailhot voit principalement au renforcement des articulations de Parrot afin qu’il évite les blessures.

« C’est un sport difficile, il ne faut pas l’oublier. Avec tous les sauts et les atterrissages, c’est dur pour le corps. Il faut être très bien préparé pour éviter de se faire mal. »

Yves Mailhot ne croyait pas, lorsqu’il a offert ses services à Parrot, que leur association allait durer aussi longtemps.

« Je travaille avec lui, mais c’est devenu un ami, un grand ami. On se voit à Noël, on se voit à nos anniversaires quand c’est possible, on a tissé des liens très serrés. »

Et il sera d’ailleurs en compagnie des membres de la famille Parrot pour suivre les compétitions de Maxence à la télé.

« On commence à être nerveux ! », a-t-il avoué.

Un athlète sérieux
Clairement, Yves Mailhot a énormément de respect et d’admiration pour Maxence Parrot.

« C’est un athlète très sérieux. Il travaille fort, il est concentré sur ses objectifs, ce n’est pas un fêtard et il prend soin de lui. Je n’ai pas peur de le citer en exemple quand je parle à d’autres athlètes. Il est véritablement un modèle. »

Les deux hommes travaillent principalement ensemble au printemps et à l’été, puisque Parrot parcourt le vaste monde en hiver.

« Mais on est toujours en contact. J’aime savoir comment il va, comment il se sent. Je suis fier de la relation qu’on a. »