L’Américaine Mikaela Shiffrin s’amuse sur le podium en compagnie des médaillées d’or Michelle Gisin, et d’argent Wendy Holdener, toutes deux de la Suisse.

Combiné alpin: Gisin vole la vedette à Shiffrin et Vonn

PYEONGCHANG — Au départ, il y avait deux vedettes américaines : Mikaela Shiffrin et Lindsey Vonn. Mais c’est la Suissesse Michelle Gisin qui a joué le premier rôle et s’est parée d’or dans le combiné alpin, jeudi aux Jeux de PyeongChang.

Dans la famille Gisin, il y a donc désormais deux championnes olympiques. Il y a quatre ans, c’est la grande sœur, Dominique, qui était montée sur la plus haute marche du podium de la descente, en compagnie de la Slovène Tina Maze.

Sur la piste de Jeongseon, c’est cette fois Michelle (24 ans), sous les yeux de son aînée désormais retraitée, qui s’est offert l’or olympique, alors qu’elle ne s’est encore jamais imposée en Coupe du monde, où elle n’est montée que sur un seul podium.

«Ma sœur m’a montré que c’était possible de décrocher les étoiles et c’est que je j’ai fait aujourd’hui», a remercié Gisin, qui a devancé Shiffrin et sa compatriote Wendy Holdener.

Ce n’était pourtant pas gagné après sa chute dans l’aire d’arrivée de la descente 24 heures plus tôt. «Dominique est restée avec moi tout l’après-midi et toute la soirée. Elle s’est occupée de tout, si bien que je n’ai eu aucun stress. J’ai pu juste me détendre et dormir», a-t-elle raconté.

«Je suis chanceuse que ça n’ait pas été grave. J’ai eu seulement de légers maux de tête. Le plus difficile, comme toujours quand vous chutez en vitesse, c’était de réussir à surmonter ça. Je suis tellement contente d’avoir réussi.»

La course au record continue

Pour ce qui restera comme la dernière course individuelle de sa carrière aux Jeux olympiques, Vonn n’a pas pu confirmer en slalom, comme on le craignait, les espoirs nés de sa première place en descente du combiné. La vedette américaine de 33 ans, à court d’entraînement entre les piquets serrés, n’a tenu qu’une poignée de secondes avant d’enfourcher.

«Avant, je gagnais en slalom, mais mon corps ne coopère plus avec moi autant que je le voudrais», a-t-elle regretté, émue aux larmes à l’idée que les JO de 2018 soient ses derniers. «Je suis juste triste. Je suis une compétitrice, j’adore courir aux JO, j’adore être dans le portillon de départ. Ça va me manquer, beaucoup.»

Jusqu’à quand l’Américaine aux 81 victoires s’imagine-t-elle continuer à skier? «Je n’arrêterai pas tant que je n’aurai pas battu le record de victoires en Coupe du monde [86, détenu par le Suédois Ingemar Stenmark], ça c’est certain, peu importe combien je souffre, mais j’espère vraiment que ça ne demandera qu’une saison de plus! Ce serait difficile pour moi de continuer plus que ça.

«Et si, par miracle, je tiens encore le coup après la saison prochaine, alors peut-être que je me poserai la question de poursuivre. Tout dépend de mon état. Mais je peux garantir que je vais continuer jusqu’à ce que je batte ce record.»