« C’est beaucoup de travail, c’est vrai. Ce sont des journées intenses et c’est parfois stressant. Mais quand je rentre au village des médias à la fin de la journée, j’ai la tête pleine de belles images, pleine d’images fortes. C’est du travail, mais c’est tellement une expérience extraordinaire. »

Catherine Gauthier : réaliser son rêve autrement

Catherine Gauthier est journaliste à la nouvelle générale à la télé de Radio-Canada. Mais à l’heure où on se parle, la Granbyenne d’origine est à PyeongChang, où elle réalise un rêve.

Après avoir elle-même patiné pendant 16 ans, elle a la responsabilité d'interviewer les patineurs artistiques à la suite de leur performance. Et elle vit de belles et de grandes émotions.

« Je me considère privilégiée, explique Catherine, qui a été journaliste à La Voix de l’Est au début des années 2000. J’ai patiné jusqu’au niveau provincial, j’ai été entraîneuse ensuite et voilà que je me retrouve aux Olympiques à côtoyer les meilleurs patineurs au monde ainsi que plusieurs de mes idoles de jeunesse, qui sont également ici comme entraîneurs et comme analystes. C’est très, très spécial. »

À PyeongChang, elle a eu de belles conversations avec l’ex-Olympien Kurt Browning, qui l’impressionnait tant alors qu’il représentait le Canada au cours de sa brillante carrière.

« Ce sont de belles rencontres, ce sont des moments précieux. Je parle à mes enfants à tous les jours et ils me disent tout le temps : “Maman, on s’ennuie de toi, mais on sait que tu réalises un rêve !” »

En compagnie de l’ex-patineur Kurt Browning, une idole de jeunesse.

De l’émotion
Afin de faire partie de l’équipe des Jeux de Radio-Canada, Catherine Gauthier a dû vendre sa salade à ses patrons. Manifestement, elle a eu les bons mots.

« Je fais de la nouvelle générale, pas du sport, mais je décris parfois des drames, parfois des moments heureux, mais à peu près toujours des moments remplis d’émotion. Les Jeux, dans le fond, c’est la même chose. De grandes joies, des déceptions, de l’émotion à l’état pur. »

Mais si elle vit des moments forts, elle travaille également très dur à PyeongChang. Au moment de notre entrevue, elle se préparait à une longue journée de 12 heures. Il faut savoir qu’elle travaille également aux compétitions de patinage de vitesse.

« C’est beaucoup de travail, c’est vrai. Ce sont des journées intenses et c’est parfois stressant. Mais quand je rentre au village des médias à la fin de la journée, j’ai la tête pleine de belles images, pleine d’images fortes. C’est du travail, mais c’est tellement une expérience extraordinaire. »

Les Jeux de PyeongChang sont bien organisés, selon elle.

« La première chose que je retiens, c’est l’accueil des gens d’ici. Vraiment, les Coréens sont gentils et ont un sens de l’hospitalité très développé. Ça aide vraiment à rendre l’expérience agréable. »

Et Catherine Gauthier, heureuse, s’en retournait à l’aréna avec son micro...