Philippe Marquis avant sa descente en finale, lundi.

Bosses: le genou de Marquis lâche

La belle histoire de Philippe Marquis a pris fin lors de la première finale de l'épreuve masculine des bosses, aux Jeux de PyeongChang, lundi.

Skiant malgré une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit, le bosseur de Québec n'a pas été en mesure de terminer sa descente, son genou lâchant sur le premier saut du parcours. L'athlète de 28 ans, qui a ensuite difficilement rallié l'arrivée, affichait tout de même un sourire.

«Je savais qu'en venant ici, c'était un gros pari. Sur cette dernière descente, en atterrissant le saut du haut, j'étais un petit peu trop droit, ce qui a mis mon genou en extension et j'ai senti le genou se déplacer, se disloquer. Sur le coup, ç'a fait un petit peu mal. J'ai essayé de skier trois ou quatre virages par la suite. Le genou n'avait juste pas la rapidité et la force pour soutenir mon poids, donc je suis sorti de piste. C'est décevant, mais en même temps, juste d'être ici […], c'était un miracle», a raconté Marquis, après sa compétition, sur les ondes de Radio-Canada.

Pendant l'épreuve, le bosseur portait des gants où il avait inscrit deux phrases de motivation: «What ACL? [Quel ligament croisé antérieur?]» et «Keep fighting [Lutte!]». Vendredi, il s'était qualifié huitième pour la finale.

«Je n'ai pas skié depuis [vendredi]. C'était seulement ma troisième descente, aujourd'hui. On voyait que je tenais vraiment à un fil, mais si c'était à refaire, je le referais inévitablement. C'était une belle expérience», a poursuivi celui qui aurait toutefois aimé «faire un autre petit miracle lundi».