Alain Parrot et Suzanne Noël sont très fiers des performances de leur fils, Maxence Parrot, aux Jeux olympiques de PyeongChang.

« Il a donné le tout pour le tout »

Même si les deux chutes de Maxence Parrot lors de ses deux dernières descentes au big air ont provoqué des exclamations de déception, ses proches se disent fiers des accomplissements de l’athlète bromontois lors de ses deuxièmes Jeux olympiques. Il ne reviendra certes pas avec la médaille d’or dans sa valise, mais il aura autour du cou une médaille d’argent en slopestyle, soulignent ses plus grands admirateurs.

« Il a donné le tout pour le tout. On est bien fier de lui quand même, mais j’espère qu’il n’a pas mal à sa mâchoire, a commenté sa mère Suzanne Noël à propos de la coupure qu’il s’est faite en chutant. On a hâte de le voir. »

Alain Parrot a simplement souligné à quel point il est fier de son fils, tandis que la sœur de Max Parrot observe à quel point il a donné tout ce qu’il pouvait. « Maxence a essayé de faire un 1800, c’est une manœuvre vraiment difficile, explique Naomie Parrot. Il nous a dit qu’il l’avait bien réussie en pratique, donc on s’attendait au tout pour le tout. Maxence est le genre de personne qui veut y aller pour l’or, donc soit il réussit, ou ça sera pour dans quatre ans. »

Dans le cas du big air, ce sera pour les prochains Jeux, mais ses proches n’oublient pas la précédente épreuve, le slopestyle, durant laquelle il a remporté l’argent, sa première médaille olympique.

Plus de 140 personnes rassemblées
Un grand rassemblement était organisé, vendredi soir, pour regarder la finale du grand saut, à Bromont. Pour l’occasion, le Edgar Hyperlodge était bondé de plus de 140 personnes et plusieurs représentants des médias étaient présents.

La feuille d’érable y était reine alors que la ferveur pour les trois représentants canadiens, surtout pour Max Parrot, était à son paroxysme. Sébastien Toutant et Mark McMorris ont en effet eu droit, eux aussi, à leurs encouragements et à leurs cris de joie ou de déception.

Ils s’étaient néanmoins rassemblés pour regarder les prouesses du prodige local et toutes les activités du restaurant et du bar s’arrêtaient quand Parrot arrivait en haut de la rampe.

« Il a le tour de nous rendre nerveux! », ont commenté son cousin Cédric Parrot et la conjointe de ce dernier, Nadia Berthiaume.

Tout un spectacle
La table formée de cousins, cousines, oncles et tantes discutait fort sur la stratégie que leur athlète préféré allait privilégier pour le troisième saut. Ils n’ont pas eu tort.

« On se disait qu’il pourrait y aller plus conservateur pour essayer de viser un podium, a repris Frédérick Parrot après le troisième et dernier saut. Mais comme on le disait tantôt, on le connait, il va y aller all-in et c’est ça qu’il a essayé de faire. Je pense qu’il voulait l’or et il est passé si proche. On ne peut pas lui en vouloir. On ne peut pas se sentir autrement que fier de lui. Il avait une chance jusqu’à la fin. »

La fierté se mélangeait à la tristesse, parfois, mais ils veulent que Maxence Parrot retienne leur sentiment de fierté.

« Il nous a donné un show incroyable », conclut Frédérick Parrot.