Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Danny Gélinas
La Voix de l'Est
Danny Gélinas
Le Granbyen Alain « Pee-Wee » Préfontaine peut être bien fier de ses jeunes joueurs du Phoenix de Sherbrooke.
Le Granbyen Alain « Pee-Wee » Préfontaine peut être bien fier de ses jeunes joueurs du Phoenix de Sherbrooke.

Potinage d’une «bulle» à une autre

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Ça faisait du bien de voir enfin du hockey en personne. J’ai beau avoir vu plus de 300 matchs juniors, midget AAA ou « prep school » sur mon ordinateur depuis le mois d’août, il n’y a rien comme une vraie game live pour assouvir ma passion.

Et je ne devais pas être le seul à penser ainsi. Nous devions bien être une bonne cinquantaine d’hommes de hockey ou membres des médias à prendre part à l’une ou l’autre des « bulles » organisées par la LHJMQ à Sherbrooke à avoir la même pensée en tête.  

Du moins, c’est ce que l’on se disait entre nous.  Comme la Ligue de l’Ontario ne reprendra vraisemblablement pas ses activités et que la Ligue de l’Ouest vient tout juste de le faire, plusieurs de mes confrères évoluant dans la LNH se sont rabattus sur la LHJMQ.

Comme me l’a souligné l’un d’eux, « la pandémie aura eu au moins ça de bon : le fait que la LHJMQ ait été la seule à présenter du hockey junior majeur pendant quelques mois, c’est une maudite belle vitrine pour elle ». 

« On (les dépisteurs) a pu prendre le temps de regarder des joueurs que nous n’aurions jamais regardés auparavant et cela a mené au fait qu’aujourd’hui, ils figurent sur nos listes en vue du prochain repêchage ! », m’a-t-il dit, en citant notamment l’exemple du jeune Xavier Cormier, qui est passé de centre du troisième trio des Cataractes de Shawinigan à un rôle de premier plan avec l’Océanic de Rimouski après une transaction survenue durant le temps des Fêtes.    

Pour ma part, bien que j’en ai aussi profité pour consolider certaines évaluations de joueurs, je n’allais pas rater l’occasion de refaire le plein de potins…  

Comme je vous le mentionnais la semaine dernière, pour une deuxième fois en autant d’essais, les différents intervenants — dont je suis ! — ayant assisté à la seconde « bulle » organisée au Palais des sports Léopold-Drolet ont tous été ébahis par l’efficacité de l’organisation sur place. 

Bref, tout aura été parfait si ce n’est que l’une des trois formations présentes, en l’occurrence le Phoenix de Sherbrooke, a dû s’en retirer par précaution suite à un résultat positif à la COVID-19 parmi les membres de son personnel. D’après ce que j’ai pu apprendre, aucun joueur ni aucun membre de son personnel d’entraîneurs n’aurait été atteint, du moins, au moment d’écrire ces lignes.

C’est ce qui a fait dire au « bon vieux » Luc Chénier, ex-porte-couleur des Olympiques de Gatineau et maintenant descripteur de leurs matchs : « c’est un peu bizarre que tu sois obligé de jouer dans une bulle et que l’équipe-hôtesse n’y soit même pas représentée ! Mais qu’est-ce que tu veux, il semble que ce soit ça, l’année 2021 ! »  

Qui peut le contredire…

*****

Entre vous et moi, comme bien d’autres collègues, j’ai trouvé bien dommage de ne pas avoir vu à l’œuvre le Phoenix dans cette deuxième « bulle », car la formation, malgré le fait qu’elle ait débuté un cycle de reconstruction, offre du jeu très excitant.

Pour nous qui habitons la grande région de Granby, lorsque l’on fait allusion au Phoenix de Sherbrooke, le nom d’Alain Préfontaine nous vient immédiatement en tête, lui qui en est le recruteur-chef depuis quelques saisons déjà. 

Et notre « Pee-Wee » national peut être très fier du travail que son équipe et lui ont accompli. Je dirais même qu’avec 5 victoires lors des 7 dernières sorties, elle constitue pour moi une très agréable surprise dans le circuit Courteau.   

Bien qu’elle ait entre autres pu profiter du retour du gardien slovaque Samuel Hlavaj suite au Championnat mondial de hockey junior, le fait que l’organisation soit en reconstruction offre une belle opportunité à certains joueurs, qui ont maintenant plus de temps de glace.

Et c’est là que « Pee-Wee » et son équipe de recruteurs méritent toutes nos félicitations, car une reconstruction implique nécessairement de faire une plus grande place aux jeunes, et dans ce cas-ci, soulignons l’excellent travail des Anthony Munroe-Boucher, Israël Mianscum, Zachary Lessard et Christophe Rondeau, pour ne nommer que ceux-là, tous des sélections de la formation sherbrookoise lors des deux derniers repêchages.   

D’ailleurs, quand je regarde le jeune Lessard, un produit des Grenadiers de Châteauguay qui fut le premier choix de l’équipe (37e au total) en 2020), il n’est pas sans me rappeler les débuts d’un certain Stéphane Robidas en 1993-1994 avec les Cataractes de Shawinigan, alors dirigés par mon ami Doris « Ti-Coq » Labonté.    

Défenseur droitier de 16 ans, tout comme l’est le no 63 du Phoenix cette année, Robidas  avait à ce point épaté son instructeur à sa première saison avec les Cats que celui-ci l’employait à toutes les sauces, dont à la pointe sur la première unité en avantage numérique, soit exactement comme le fait l’instructeur-chef Stéphane Julien avec son jeune protégé. 

Et si Stéphane Waite aboutissait avec les Flyers de Philadelphie ?

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Et si Stéphane Waite aboutissait à Philadelphie ?

On sait tous que Jim Rutherford, qui a récemment démissionné de son poste de directeur général des Penguins de Pittsburgh, est un intime de Ron Francis, embauché pour le même rôle par la nouvelle formation du Kraken de Seattle. Les deux se sont évidemment connus avec les Hurricanes de la Caroline. Si Rutherford devenait conseiller spécial de Francis avec le Kraken, il amènerait assurément avec lui l’instructeur des gardiens Mike Buckley, duquel il est un inséparable…    

Ce qui laisserait vacant le poste d’instructeur des gardiens des Penguins.

Étant celui qui avait amené Kim Dillabaugh chez les Flyers, Ron Hextall (maintenant DG à Pittsburgh) rêverait de le rapatrier à ses côtés.

Ce qui laisserait vacant le poste d’instructeur des gardiens à Philadelphie.

Et comme le jeune cerbère Carter Hart connaît une saison très difficile en dépit des enseignements de Dillabaugh, on me chuchote que les Flyers ne s’opposeraient en rien au départ de ce dernier vers Pittsburgh, où il irait rejoindre Hextall.

L’entraîneur-chef Alain Vigneault et son assistant-instructeur Michel Therrien étant bien au fait de l’excellent travail effectué par Stéphane Waite lors de ses huit saisons à travailler avec Carey Price, seraient-ils intéressés à lui confier le poste si Dillabaugh quittait pour Pittsburgh ?

Poser la question, c’est quelque peu y répondre, d’autant plus que le jeune Hart, représentant l’avenir des Flyers devant le filet, a véritablement besoin d’être relancé et que Therrien a déjà eu Waite comme adjoint… 

Un dossier à suivre de près…