Peter Polanky a fait la finale du Challenger en 2017 et en 2018 et a triomphé l’an dernier. Mais Steven Diez a représenté un adversaire coriace en route vers les demi-finales.

Polansky vers une autre finale

L’exploit, avouons-le, ne serait pas banal.

Peter Polansky n’est plus qu’à une seule victoire de participer pour une troisième année de suite à la grande finale du Challenger Banque Nationale. Tard vendredi soir, le deuxième favori a disposé de son compatriote Steven Diez, neuvième, en des manches de 6-3 et 7-6 (4).

On a eu droit à du bon tennis, à un match intense. Diez s’est fort bien défendu et on a véritablement cru qu’il pousserait l’affrontement à un troisième set.

«C’est vrai que c’était du bon tennis, a expliqué Polansky, sacré champion l’an dernier. Je vais continuer à y aller un match à la fois, mais je suis heureux de la progression de mon jeu cette semaine. J’ai confiance pour la suite.»    

Polansky croisera le fer avec le Japonais Yasutaka Uchiyama, troisième favori, en demi-finale.

«C’est vrai que j’ai souvent bien joué ici, du moins au cours des dernières années. Mais Granby, pour moi, c’est très spécial. La première fois que je suis venu ici, j’avais 17 ans et c'était ma première participation à la Coupe Davis. Ça ne s’oublie pas.»

L’autre demi-finale chez les hommes mettra aux prises le Croate Borna Gojo à l’Américain Ernesto Escobedo.