Frank Dancevic a dû se remettre d'une première manche très difficile avant de l'emporter face à l'Américain Alex Sarkissian.

Polansky et Dancevic ont rendez-vous

Peter Polansky et Frank Dancevic vont s'affronter en demi-finale du Challenger.

Il était tout près d'une heure du matin lorsque le duel entre les deux Canadiens a été confirmé, soit à la suite de la victoire de Dancevic aux dépens de l'Américain Alex Sarkissian en des manches de 1-6, 6-2 et 6-4. Mais même à une heure du mat, il devait y avoir encore un bon 200 spectateurs dans les gradins. Et on ne rit même pas.

«Merci, merci aux gens!, a lancé le triple vainqueur en simple du tournoi. Sérieusement, vous êtes incroyables à Granby!»

N'empêche que c'est Dancevic qui a été le plus incroyable. Ils étaient peu nombreux à croire en ses chances après sa très difficile première manche et il a dû revenir de l'arrière afin de l'emporter à l'occasion du set final. 

«Moi, j'y croyais, j'y croyais tellement», a ajouté celui qui se risque de plus en plus à parler français.

Mais voilà, il avait mal à une main une fois le match terminé. Assez d'ailleurs pour l'inquiéter en prévision du match qui l'attend.

Faudra voir. 

Quant à Polansky, troisième favori, il a eu le meilleur sur l’Italien Stefano Napolitano par 7-5 et 7-6 (2). S’il n’a pas joué son meilleur match de la semaine (son service a déjà été plus efficace), il a néanmoins trouvé une façon de l’emporter.

Polansky tentera samedi d’atteindre la finale du Challenger pour une deuxième année de suite. 

Humbert en veut encore plus
L’autre demi-finale opposera le Français Ugo Humbert au Slovaque Norbert Gombos, sixième tête de série. Humbert, tombeur du favori Pierre-Hugues Herbert la vieille, a eu raison en après-midi de Brayden Schnur par 5-7, 6-3 et 4-1 et ce, après que l’Ontarien de Pickering ait abandonné.

Schnur était aux prises avec de sérieuses crampes, selon son entraîneur Frédéric Niemeyer, lorsqu’il est rentré au vestiaire.

« Je ne sais pas pourquoi, mais Brayden a de la misère à tenir le coup lors de longs matchs comme ceux-là, a-t-il révélé. On regarde ça, on se pose des questions… »

Schnur avait atteint les demi-finales à Granby il y a un an. Il ne répétera pas l’exploit.

Quant à Humbert, il a continué à jouer du bon tennis.

« Ce n’était pas extraordinaire à la première manche, mais je me suis accroché jusqu’à ce que Brayden plie physiquement et mentalement, a-t-il raconté. Je suis en demi-finale, je suis content, mais j’en veux plus. »

Bien honnêtement, il a entièrement mérité le droit d’espérer faire la finale et même de gagner le tournoi.