Martin Pelletier a bien fait, samedi dernier, lors des pratiques.

Plus de papillons que d’habitude pour Pelletier

S’il y a un pilote que l’on va observer de près cette saison en modifié, c’est bien Martin Pelletier.

Après avoir littéralement brûlé la classe sportsman, Pelletier fait le grand saut. Il est prêt, mais il n’a pas l’intention de s’imposer de pression.

« La saison dernière, j’y allais pour le championnat et c’était clair, explique le résident de Sorel-Tracy. Cette année, j’espère être régulièrement dans le top 10. On ne parle pas des mêmes attentes, mettons. »

Pelletier avoue qu’il a plus de papillons que d’habitude à l’aube de la nouvelle saison.

« En sportsman, j’étais chez nous, j’étais à la maison. Là, c’est différent. Je connais moins les autres pilotes, je dois apprivoiser un nouveau moteur, etc. C’est autre chose, c’est en grande partie de l’inconnu. »

N’empêche que Pelletier a été un des plus rapides, samedi dernier, lors des pratiques tenues à l’Autodrome. Il a beau être une recrue en modifié, on l’imagine mal rouler en arrière.

« Les pratiques ont bien été, j’ai fini dans les trois premiers les trois fois, mais ce n’était que des pratiques. Là, tout le monde sera là et tout le monde va rouler la pédale au fond. »

« J’étais rendu là… »

Le pilote de 35 ans, qui sera régulier à Granby, Saint-Marcel et Drummondville, roulera avec un moteur W16. S’il affirme que le coût moins élevé du W16 l’a aidé à faire le saut en modifié, il confie qu’il aurait probablement gradué de toute façon.

« J’étais rendu là, je pense. Mais peut-être que sans le W16, ça aurait été un peu plus compliqué… »

Ses fans — et ils sont nombreux — sont heureux qu’il ait fait le saut. Les pilotes en sportsman aussi, mais eux, c’est parce qu’ils auront maintenant une chance de mettre la main sur le championnat.

« Sérieusement, je pense que ce sont eux les plus contents ! », termine Pelletier en riant.