Patrick Bergeron sera encore le patron derrière le banc des Inouk vendredi soir.

Patrick Bergeron prend l’Everest au sérieux

Les Inouk ont rendez-vous vendredi soir avec l’Everest de la Côte-du-Sud, un club qui, avouons-le, ne lui a pas donné beaucoup de misère jusqu’ici cette saison.

Avec ses 14 victoires en 27 matchs, l’Everest se débrouille fort bien pour une équipe d’expansion. Face aux Inouk (19-8), il a cependant subi des défaites non équivoques de 4-0, chez lui à Montmagny, et de 10-3, à Granby.

« Ça reste un club qu’il faut prendre au sérieux parce qu’il est composé de joueurs qui ne lâchent jamais, explique Patrick Bergeron, qui remplace toujours Patrice Bosch pendant que celui-ci dirige Équipe Canada Est au Défi mondial de hockey junior A, qui a lieu en Alberta. C’est vraiment le genre de club qui peut te jouer un vilain tour si tu ne joues pas comme tu le devrais… »

Bergeron n’a pas voulu faire de lien direct avec la défaite d’il y a une semaine face aux Braves de Valleyfield, « parce que la page est tournée et qu’on regarde en avant ».

« Une saison de hockey, c’est long. Et il y a des soirs où les choses ne fonctionnent pas comme tu le voudrais. L’idée, c’est d’apprendre. T’as perdu, tu mets ça dans ton sac d’expérience et tu t’en rappelles quand c’est le temps. »

Marc-Antoine Dufour sera devant le filet des Inouk vendredi. Hubert Cyrenne-Blanchard (épaule) et Thomas Caron (Défi mondial) ne seront pas en uniforme alors que Nicolas Roy (cheville) pourrait revenir au jeu.

Le jeune Gabriel Goudreault, qui a été opéré le mois dernier en raison de la présence d’un caillot de sang au bras, patine avec ses coéquipiers, mais il ne peut être exposé aux contacts physiques. Les Inouk ne savent pas quand il pourra revenir.

Les Inouk ont deux matchs au programme en fin de semaine, eux qui visiteront le Révolution du Lac Saint-Louis dimanche.

Heureux de contribuer différemment

Après avoir dirigé les Inouk il y a déjà quelques années, Patrick Bergeron a renoué avec l’organisation granbyenne en 2016 lorsqu’il est devenu adjoint (ou associé) à Patrick Gosselin — qui n’a été à la barre de l’équipe qu’une seule saison — avant d’assumer les mêmes fonctions auprès de Patrice Bosch depuis la saison dernière. L’homme aime ce qu’il fait au sein du club junior AAA de sa région, mais il avoue qu’il est heureux de contribuer différemment, pour reprendre ses propres mots, comme c’est le cas présentement en l’absence de Bosch.

« Pat me confie énormément de responsabilités et je l’apprécie, dit-il. J’ai dirigé plusieurs matchs depuis la saison dernière et je suis régulièrement responsable des séances d’entraînement. C’est toujours agréable d’être le patron derrière le banc, mais mes fonctions d’associé avec les Inouk me permettent de continuer à être très actif au sein du programme de hockey de Massey-Vanier et ça, c’est très important pour moi. »

Équipe Canada Est : zéro en trois

À Bonnyville, Équipe Canada Est de Patrice Bosch a subi son troisième échec en autant de matchs au Défi mondial de hockey junior A lorsqu’elle s’est inclinée 7-3 devant les États-Unis. Thomas Caron a encore été blanchi de la feuille de pointage.

Vendredi soir, Équipe Canada Est a rendez-vous avec la République Tchèque (0-2 avant son match de jeudi face à Équipe Canada Ouest) dans le cadre de son dernier match de la phase préliminaire. En théorie, les joueurs de Bosch peuvent encore espérer faire les demi-finales.

Les Russes (3-0) dominent le classement du tournoi à la ronde.