« On a ce qu’il faut, en matière de choix, pour aller chercher de bons joueurs », explique Patrice Bosch en parlant du repêchage de la LHJAAAQ.

Patrice Bosch : « Ça jase pas mal »

À une douzaine d’heures du repêchage de la Ligue de hockey junior AAA du Québec, Patrice Bosch étudiait des propositions et attendait des nouvelles à la suite de perches qu’il a lancées.

« Ça jase, ça jase pas mal, mais je n’ai pas l’impression qu’il y aura beaucoup de transactions, a lancé le directeur général et entraîneur des Inouk depuis Gatineau, où se déroulent les assises de la LHJAAAQ. Mais je vous le dis, on travaille fort dans les coins ! »

Bosch a quitté pour l’Outaouais avec l’idée d’améliorer son équipe, en particulier son unité défensive, qui s’est affaiblie pour la peine avec le départ des Maxim Baillargeon, Gabriel Chicoine et Jacob Dupont.

« On a perdu de bons joueurs, mais je le répète, il en reste des bons aussi. Mais il y en a d’autres qui vont quitter aussi parce que… parce que je ne veux pas les garder, tout simplement ! »

Le repêchage de la LHJAAAQ est constitué de 13 rondes. Au premier tour, les Inouk vont sélectionner au sixième rang. L’Arctic de Montréal-Nord détient le premier choix.

L’Everest de la Côte-du-Sud, qui évoluera à Montmagny, repêchera troisième et 13e lors de chacune des rondes. L’équipe d’expansion fera ses débuts au mois de septembre.

Attirants Inouk
Plus tôt cette semaine, Patrice Bosch a affirmé qu’il voulait repêcher des joueurs qui ont de l’ambition et qui veulent jouer à Granby. Mais voilà, il semble que les Inouk n’ont plus trop de problèmes à attirer des joueurs dans leur cour.

« On est reconnus comme une des bonnes concessions de la ligue et quand on voit des joueurs comme Maxime Borduas et Gabriel Chicoine prendre le chemin de la NCAA, ça nous aide encore plus. Il faut le dire, on a bonne réputation à Granby. »

L’ex-Inouk Joël Caron, a-t-on appris récemment, évoluera dans la Ligue Magnus, le plus important circuit en France, la saison prochaine. Ça aide aussi à la réputation de l’organisation.

« On a ce qu’il faut, en matière de choix, pour aller chercher de bons joueurs », a conclu Bosch avant de retourner jaser avec les autres directeurs généraux.