Nicolas Lamoureux-Bisson a marqué 33 buts en 21 matchs en saison régulière.

Pas de panique chez les Bulls

Les Bulls de Bedford ont beau tirer de l’arrière 2-0 dans la série finale au meilleur de cinq matches les opposant aux Loups de Saint-Gabriel-de-Brandon, Nicolas Lamoureux-Bisson est loin de paniquer.

« On a vécu la même chose face au Trackvale, explique l’attaquant de 22 ans. Ce n’est pas une raison pour se retrouver dans cette situation à chaque fois, c’est sûr, mais on sait qu’on est capables de revenir de l’arrière et d’avoir le dernier mot. Moi, j’y crois, j’y crois encore à 100 %. »

Lamoureux-Bisson, qui compte 15 points en 10 matchs depuis le début des séries après avoir marqué 33 buts et inscrit 47 points en 21 rencontres en saison régulière, affirme savoir pourquoi les Bulls ont connu un mauvais départ.

« Contre Acton Vale, c’était très émotif. C’est drôle, c’est comme si on ne haïssait pas assez Saint-Gabriel au début. Mais là, c’est correct, on est dedans et on veut les battre. »

Selon lui, la série pourrait malgré tout être égale.


« On sait qu'on est capables de revenir de l'arrière »
Nicolas Lamoureux-Bisson

« Le deuxième match [défaite de 5-4 en prolongation], on le méritait. Mais il ne faut plus penser à ça et regarder en avant. Pour gagner, il faut profiter de nos chances et éviter le plus possible le banc des pénalités. »

Lamoureux-Bisson, on le sait, est un ancien des Inouk. Au printemps 2014, il était de l’édition championne de la Coupe Napa.

« Vous vous en souvenez, nous tirions de l’arrière 3-1 en finale contre Sherbrooke et nous avons quand même gagné. Ça m’a marqué. Et aujourd’hui, même quand mon équipe est en difficulté, je sais que tout est possible. »

Le troisième match de la série finale de la Ligue de hockey senior du Richelieu est présenté samedi soir à Saint-Gabriel-de-Brandon. Si une quatrième rencontre s’avère nécessaire, elle aura lieu à l’aréna de Bedford dimanche soir.

Avec son frère
Nicolas Lamoureux-Bisson joue chez lui, à Bedford, et il l’apprécie. Et ce qui lui permet d’être encore davantage heureux chez les Bulls, c’est le fait qu’il évolue aux côtés de son grand frère Marc-Antoine.

« Marc-Antoine a 26 ans, j’en ai 22 et on n’avait jamais eu la chance de jouer ensemble avant, souligne-t-il. Il a eu une belle carrière au niveau collégial et c’est tout un joueur de hockey. On se sent sur la glace, on a une complicité incroyable. On est contents de finalement avoir la chance de jouer ensemble. »

Lamoureux-Bisson aura assurément des offres pour jouer à un niveau supérieur avant longtemps. Comme dans le senior AAA, par exemple. Il ne ferme la porte à rien pour l’heure, mais il semble véritablement heureux avec les Bulls.

« À la fin de la saison passée, on se demandait si l’équipe allait revenir. On est encore là et c’est parfait. Pour le reste, on traversera le pont une fois rendu à la rivière. Mais c’est vrai que je suis bien ici, je ne peux pas dire le contraire… »