Le Club de tennis de Granby, ou les bons vieux Tennis Saint-Luc comme on préfère les appeler, accueilleront les finales du Circuit du Défi du Nord.
Le Club de tennis de Granby, ou les bons vieux Tennis Saint-Luc comme on préfère les appeler, accueilleront les finales du Circuit du Défi du Nord.

Pas de Challenger, plutôt le Circuit du Défi du Nord

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Ce ne sera pas le Challenger, mais il y aura tout de même du tennis de qualité avant la fin de l’été à Granby.

Du 4 au 6 septembre, le Club de tennis de Granby, ou les bons vieux Tennis Saint-Luc comme on préfère les appeler, recevront les finales du Circuit du Défi du Nord, une série de mini-tournois mis sur pied par Tennis Canada.

Le Circuit du Défi du Nord mettra en vedette quelques-uns des meilleurs juniors du Québec et de l’Ontario, souvent des athlètes évoluant sur le circuit universitaire américain.

Outre Granby, Montréal (jusqu’à aujourd’hui), Repentigny (du 21 au 23 août) et Laval (28 au 30 août) recevront les mini-tournois qui forment le Circuit du Défi du Nord.

À Granby, c’est évidemment l’organisation du Challenger qui veillera à l’organisation. Avec, bien sûr, Alain Faucher à sa tête.

«Vous le savez, nous avons pensé à plusieurs formules afin qu’on ait du tennis chez nous cet été, a expliqué Faucher. Lorsque les gens de Tennis Canada nous ont approchés avec le concept en question, on s’est dit que ça nous rejoignait dans le principal objectif que nous poursuivons, celui de développer nos joueurs canadiens.»

Vous avez déjà entendu parler de certains qui sont engagés à l’intérieur du Circuit du Défi du Nord : parlons de Mélanie Collard, Catherine Leduc et Jaden Weekes, qui a triomphé à Waterloo le week-end dernier.

«Le talent est là, c’est certain, a repris Faucher. Il y a de ces joueurs et de ces joueuses dont on va attendre parler dans l’avenir.»

Sur invitation

Mais au-delà de la qualité des participants, le grand patron du Challenger aura finalement réussi à ce faire ce qu’il voulait : qu’on parle un peu de tennis à Granby cet été malgré la pandémie.

«Mes bénévoles ont embarqué dans le projet avec enthousiasme. On va se faire un week-end simple, sans artifices en raison de tout ce qui se passe, où toute l’attention sera sur le tennis. Mais on va réussir à avoir un peu de tennis!»

Distanciation oblige, pas plus de 175 personnes devraient pouvoir assister aux matchs et découvrir le nouveau look du court central des Tennis Saint-Luc avec ses nouvelles estrades. Et les amateurs sur place auront été invités.

«On va privilégier nos détenteurs de billets de loges et nos abonnés à la semaine. On va privilégier les fidèles du Challenger.»

Le Challenger aurait dû fêter ses 25 ans cette année. Il a été annulé en avril.

«Ça fait encore mal au cœur, mais il était impossible de faire autrement», a conclu Alain Faucher.