Les Inouk étaient en bonne voie de balayer leur série de quarts de finale, mais ils ont échappé le quatrième match hier soir par la marque de 10-6 contre le Collège Français de Longueuil. Charles-Étienne Martin, qui avait été battu seulement cinq fois en trois matches, a connu une soirée plus difficile hier en accordant six buts en deux périodes.

Pas de balayage pour les Inouk

Le Collège Français de Longueuil a évité le balayage en signant une victoire sans équivoque de 10-6 face aux Inouk hier soir au Colisée Jean-Béliveau. La série est maintenant 3-1 en faveur des Granbyens qui essaieront à nouveau d'en finir dès ce soir devant leurs partisans.
Longueuil a finalement percé l'armure du gardien Charles-Étienne Martin en le déjouant à six reprises avant qu'il ne cède sa place à Simon Bergeron en troisième période. Martin, qui a multiplié les arrêts spectaculaires lors des derniers matches n'avait pas accordé plus de deux buts en un seul match depuis le début de la série.
L'entraîneur-chef des Inouk a toutefois refusé de pointer son gardien d'expérience du doigt. «Charles-Étienne a connu de très bons matches jusqu'ici, mais les victoires, c'était des succès d'équipe. Et là c'est une défaite d'équipe. C'est le groupe au complet qui a perdu ce match», a laissé tomber David Lapierre hier à bord de l'autobus qui ramenait les Inouk à Granby.
Tous les détails dans notre édition de mardi