Des pratiques ont eu lieu vendredi dernier à l'Autodrome.
Des pratiques ont eu lieu vendredi dernier à l'Autodrome.

Partie remise pour l'Autodrome

Dominic Lussier aurait bien voulu présenter un véritable programme de courses le week-end prochain à l’Autodrome Granby. Mais voilà, il n’a pas obtenu l’aval des différentes autorités à temps afin, dit-il, «de pouvoir faire les choses correctement».

«On a beau parler d’un programme à huis clos, il y a plein de trucs à voir, a expliqué le copropriétaire et promoteur de l’Autodrome. Nous avions fixé notre heure de tombée à lundi, à 17h, et nous n’avons pas encore toutes les autorisations. Les gens en haut de nous ont plein de choses à gérer présentement et je le comprends très bien. Alors, on va patienter encore un peu et on va simplement travailler avec un peu moins de pression sur les épaules.»

Lussier a reçu une réponse un brin étonnante de la part des représentants du gouvernement.

«En gros, ils nous ont dit qu’ils n’accordaient pas de permissions, qu’ils émettaient des décrets. Et que si on avait l’impression que les derniers décrets s’appliquaient à nous, nous étions libres de procéder.»

Satisfait à moitié de cette réponse, Lussier a ensuite communiqué avec le service de police de Granby.

«Ce que je veux savoir, c’est si nous allons enfreindre une quelconque réglementation en présentant un véritable programme de courses, même à huis clos. Nous avons aussi communiqué avec l’hôtel de ville. Nous voulons avoir toutes les autorisations avant d’aller de l’avant.»

Samedi, le Cornwall Motor Speedway a présenté un programme régulier à huis clos. Paraît-il que les choses se sont bien déroulées.

«Mais un programme de courses sans spectateurs, sans l’énergie de la foule, c’est spécial, a repris Lussier, qui était sur place. Il manquait quelque chose, mais il faut faire avec les consignes actuelles.»

Vendredi soir, l’Autodrome a tenu des pratiques à huis clos. Même chose pour le RPM Speedway, aussi propriété de Lussier et de ses partenaires à Granby, dimanche. L’auteur de ces lignes était à l’Autodrome vendredi et il a été à même de constater que les gens avaient bien fait les choses.

«On est très contents de la façon dont les gens se sont comportés à l’Autodrome et au RPM Speedway», a encore dit Lussier.

Modèle ciné-parc

Le samedi 20 juin est la nouvelle date ciblée par Dominic Lussier pour présenter le premier programme de courses de la saison à l’Autodrome. Et le promoteur aimerait satisfaire le plus possible, dans les limites des circonstances actuelles, les amateurs de stock-car.

«Il n’y aura pas de spectateurs, mais c’est certain qu’on va présenter nos courses sur le web. Mais il y a plus. J’aimerais qu’on puisse ouvrir notre stationnement aux voitures afin que les amateurs puissent voir les épreuves sur notre écran géant, qu’on déplacerait pour l’occasion. Ce qu’on proposerait, c’est ni plus ni moins la formule ciné-parc.»

L’idée, avouons-le, est plus qu’intéressante.

Cette première soirée de la saison mettrait en vedettes trois catégories (les modifiés et les sportsman assurément) sur la grande piste ainsi qu’une autre (les slingshots) sur la petite.

«Tout en respectant la distanciation, je pense qu’on pourrait accueillir environ 80 voitures dans les puits sans problème.»

Lussier va maintenant discuter avec ses pilotes. Car il y a aussi une question d’argent là-dedans.

À Cornwall, samedi, les pilotes ont accepté de faire des compromis afin de donner un coup de main au promoteur.