Maxence Parrot a récolté un pointage global de 195,25, soit 13 points de plus que son dauphin du jour, le Suisse Jonas Boesiger. Antoine Truchon a ajouté une belle touche québécoise à la soirée en prenant le troisième rang (168,00).

Parrot vole le show au Jamboree

Maxence Parrot a été impérial, samedi soir, en route vers une victoire sans appel au big air de surf des neiges du 13e Jamboree. Au grand plaisir de la plus belle foule de l'histoire de la compétition, qui a aussi célébré la médaille d'argent de son autre enfant chérie, Laurie Blouin.

Parrot n'a laissé aucune chance à ses neuf adversaires en réalisant des pointages de 94,50, 96,75 et 98,50 à ses trois sauts. Puisque seulement les deux meilleurs sont comptabilisés, l'athlète de Bromont a récolté un pointage global de 195,25, soit 13 points de plus que son dauphin du jour, le Suisse Jonas Boesiger. Antoine Truchon a ajouté une belle touche québécoise à la soirée en prenant le troisième rang (168,00).

Parrot a réussi samedi là où il avait échoué au big air des Jeux olympiques: atterrir ses sauts. Lorsqu'il y parvient, il est très difficile à battre. «Je pense que je n'aurais pas pu faire mieux ce soir», a même dit le héros du jour, souriant à belles dents. «Ça ne pouvait pas mieux finir [la saison].»

Maxence Parrot
Maxence Parrot en action samedi soir à l'îlot Fleurie

Parrot a aussi prouvé une nouvelle fois que Québec lui allait comme un gant, après sa victoire en 2016 et sa deuxième place l'an dernier. «C'est la foule qui fait que je me sens à l'aise», a-t-il lancé.

Après deux excellents premiers sauts, le médaillé olympique en slopestyle aurait pu y aller d'une manœuvre plus facile au troisième, mais un risque demeurait. «Je savais que Jonas était capable de me déloger. Je ne voulais pas prendre la chance de faire un petit saut pour le fun et me faire déplacer. J'y suis allé le tout pour le tout, et ç'a fonctionné.»

De son côté, Truchon a fait honneur à sa réputation de snowboarder redoutable, lui qui a déjà remporté cette épreuve, en 2012. «Il en manquait un petit peu. Mais en même temps, mon argent était sur Maxence. Il a tout dominé», a souligné l'athlète de Saint-Adèle, un habitué du Jamboree qui assure n'avoir jamais vu une si belle foule à Québec.

L'autre Québécois en finale, l'espoir de 19 ans Francis Jobin, a terminé au neuvième rang avec un score de 111,00. Après avoir réussi un excellent premier saut (84,00), le jeune homme de Québec a connu des ennuis lors des deux derniers. «Je prends ça comme de l'expérience, et la prochaine fois, ça va être mieux», a-t-il commenté.

Blouin battue par son amie

Chez les femmes, Laurie Blouin a offert une belle performance, mais n'a jamais vraiment menacé son amie Julia Marino. L'Américaine, entraînée comme Blouin par le Québécois Maxime Hénault, a réussi le meilleur saut de la soirée dès son premier essai (92,00) et n'a jamais regardé derrière. Son pointage cumulatif de 168,50 a été de 20,5 points supérieur à celui de Blouin.

Laurie Blouin
Laurie Blouin en action

L'athlète de Stoneham aurait sans doute pu tenter le grand coup lors de son dernier effort, mais elle a préféré jouer de prudence. «À la fin, c'était plus stratégique. J'ai décidé d'y aller un peu plus safe et de m'assurer d'un podium au lieu d'y aller all in», a-t-elle expliqué.

Comme tous les participants interrogés samedi, Blouin s'est dite ébahie par l'énergie de la foule de plusieurs milliers de personnes. «C'était malade, le monde qui criait. C'était juste fou de voir comment les gens sont derrière moi», a dit la médaillé d'argent du slopestyle olympique, au terme de sa meilleure performance à Québec. La Belge Loranne Smans a complété le podium.

Cinquième avec un 120,25, la jeune Marguerite Sweeney ne s'est pas laissée impressionner par la grandeur du moment, elle dont c'était une première présence en finale d'une Coupe du monde. «Je n'étais pas nerveuse. J'étais bien, parce que je ne pensais pas me rendre là. J'étais vraiment bien en haut» du tremplin de 43 mètres, a raconté la résidente de Saint-Basile-de-Portneuf.

Même si le niveau de difficulté de ses sauts n'était pas aussi élevé que celui des meilleures de la soirée, Sweeney a profité de la finale pour repousser ses propres limites. «C'est vraiment bon. J'ai réussi à atterrir mes trois sauts. Et j'ai fait deux grabs à mon dernier. Je n'avais jamais fait ça de toute ma vie!» a-t-elle lancé.

Il s'agissait des finales de la Coupe du monde, mais les deux compétitions de la soirée n'avaient aucune incidence sur le sommet du classement général. Absents à Québec, l'Autrichienne Anna Gasser et l'Américain Chris Corning sont les gagnants du petit globe de cristal pour la saison 2017-18.