Les Inouk célèbrent au banc. Encore cette saison, ils devraient célébrer souvent.

Oui, les Inouk seront encore bons

CHRONIQUE / Ainsi donc, les Inouk entament vendredi soir leur 14e saison dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Et comme à chaque mois de septembre à quelques jours du début de la campagne, les partisans se demandent à quoi ils doivent s’attendre de leur équipe préférée.

Depuis que les Inouk ont remporté la Coupe Napa en 2014, j’attends toujours LA mauvaise saison, celle qui démontrera que la troupe granbyenne ne peut échapper éternellement au fameux cycle de la reconstruction. Mais cette saison n’est jamais arrivée, pas même en 2014-2015, alors que les champions en titre avaient perdu de nombreux éléments importants.

Et cette mauvaise saison, je vous le dis tout de suite, ce ne sera pas pour 2018-2019 non plus.

Pourtant, on avait toutes les raisons de croire que les choses allaient être plus difficiles cette saison. Après tout, les Inouk ont perdu leurs trois meilleurs défenseurs (Baillargeon, Chicoine et Dupont) et leur premier trio au grand complet (Vachon, Borduas et Demuy) à la suite de la dernière campagne. On parle ici de très gros morceaux.

Mais voilà, Patrice Bosch a connu un très bel été en effectuant de bonnes transactions. Et tout d’un coup, on regarde l’alignement des Inouk et on se dit que cette équipe ne sera pas vilaine du tout… encore une fois.

J’ai hâte
Pour être parfaitement honnête avec vous, j’ai très hâte au premier match. J’ai hâte de voir à l’œuvre cette équipe qui me donne à la fois bonne bouche et qui m’intrigue.

J’ai hâte de voir à l’œuvre les Louis-Philippe Denis, Nicolas Roy et Vincent Lampron, qui ont tous une solide expérience de la LHJMQ, comme j’ai hâte de voir les Charlie Risk et Simon Lavoie, qui ont aussi acquis du gros bagage à l’extérieur du Québec. Et j’ai hâte de voir le jeune défenseur Nathan Martel, dont Bosch nous parle avec tellement de bien, et j’ai hâte de constater la progression des Félip Bourdeau, Tristan Belliveau et Thomas Caron.

Et vous savez quoi ? J’ai également hâte de voir si William Leblanc va dominer la LHJAAAQ, comme on s’attend à ce qu’il le fasse, et j’ai hâte de voir si Laurent Minville, qui a passé la dernière saison dans les gradins en raison de nombreuses blessures, va poursuivre sur son bel élan du camp d’entraînement.

Sérieusement, ça fait quelques années que je n’ai pas attendu le début de saison des Inouk avec autant d’impatience.

La meilleure acquisition
Oui, Patrice Bosch a effectué de bonnes transactions au cours des derniers mois. Mais la meilleure acquisition des Inouk, cet été, aura probablement été celle de Richard Gariépy, un revenant au sein de l’organisation.

Gariépy est un méchant numéro, mais il sait comment faire parler de ses équipes, il sait comment donner le goût aux gens de sortir de chez eux et d’aller à l’aréna. Il a bâti quelque chose de fort intéressant à Waterloo au cours des dernières années et les Maroons risquent de rapidement regretter son départ.

Les Inouk auront une belle équipe, ils seront encore bons, et ils ont grand intérêt à démontrer qu’ils représentent toujours quelque chose d’important en ville. En clamant haut et fort que le club junior n’aura plus d’exclusivité au centre sportif Léonard-Grondin à compter de 2019-2020, les autorités municipales ont ouvert une porte à ce qui pourrait s’avérer rien de moins que la fin de l’équipe à Granby.

Qu’on se le dise, la prochaine saison sera peut-être la plus importante de l’histoire des Inouk.