Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
«Une récompense comme celle-là donne un sens aux sacrifices qu’on fait pour concilier les études et le sport», explique Olivier Robert.
«Une récompense comme celle-là donne un sens aux sacrifices qu’on fait pour concilier les études et le sport», explique Olivier Robert.

Olivier Robert, la fierté des Titans

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le Canadien n’a peut-être plus son aura d’antan, mais il n’en demeure pas moins que pour un jeune joueur de hockey québécois, être récompensé par le Tricolore, ce n’est pas rien.

Olivier Robert, des Titans du Verbe Divin M18 majeur, vient de recevoir une bourse de 2000 $ du Programme de bourses du Canadien de Montréal au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec. Si 25 hockeyeurs ont été honorés, le Granbyen est le seul et unique joueur en provenance de la Ligue de hockey préparatoire scolaire à l’avoir été. On dira que c’est Monsieur LHPS.

Les résultats scolaires, les performances sur la patinoire et l’implication communautaire sont les éléments considérés par le jury lorsque vient le temps de décerner les bourses.

« C’est un bel honneur, une belle fierté, explique le défenseur de 17 ans, qui achève son secondaire 5. Une récompense comme celle-là donne un sens aux sacrifices qu’on fait pour concilier les études et le sport. »

Robert est un joueur solide, lui qui avait été sélectionné pour participer au Challenge midget AAA en 2019 au sein de l’équipe d’étoiles du hockey scolaire québécois.

« Je me décris comme un défenseur à caractère plutôt défensif, capable d’effectuer une bonne première passe. Je ne suis pas un vilain patineur non plus. »

La saison prochaine, Robert poursuivra sa carrière avec l’Unik du Collège Universel de Gatineau, qui a lancé son programme de hockey l’année dernière. Et il étudiera en sciences de la nature.

« L’Unik ne fait pas partie d’aucun circuit en particulier, il participe plutôt à des showcases et à des tournois, principalement en Ontario et aux États-Unis. Puisque je vise le hockey universitaire, j’aime l’idée de me faire voir par les Américains. »

Assez, pas trop

Olivier Robert est débarqué sur le tard au sein du programme des Titans, lui qui en est à sa deuxième saison seulement. Un produit des Vics, il a plus ou moins apprécié son expérience avec les Harfangs du Triolet avant de rentrer chez lui, à Granby.

« J’aime la façon dont on propose le hockey aux jeunes au Verbe Divin, affirme-t-il. On s’entraîne trois fois par semaine, ce qui est assez, mais pas trop. Les dirigeants de l’école en font beaucoup pour que leurs joueurs de hockey se développent, mais ils gardent toujours en tête que la priorité, ce sont les études. Et avec notre horaire, on peut réussir dans les deux domaines, même s’il faut travailler un peu plus fort et être un peu plus disciplinés que les autres. »

Robert a conservé une moyenne de 89 % au cours de la première étape.

Mais on s’entend que la présente saison de hockey est très particulière. Si les Titans ont eu la chance de s’entraîner tout au long de la campagne parce qu’ils font partie de la même bulle sport-études, ils n’ont pas joué de matchs plus que les autres.

« C’est un peu frustrant, mais parce qu’on a toujours pu toucher à la glace et s’entraîner, on serait mal venus de se plaindre. Je ne sais pas si on peut encore espérer jouer quelques matchs d’ici à la fin de la saison, mais il est probablement préférable de ne pas se faire trop d’idées. Cet hiver, personnellement, j’en ai profité pour travailler sur mes habiletés individuelles. »

Les Titans M18 majeur sont dirigés par Frank Spinozzi, qui est revenu dans la région après avoir été entraîneur pendant une dizaine d’années chez les pros en France. Robert semble apprécier son expérience auprès du vétéran homme de hockey.

« Frank connaît son hockey, c’est indéniable. C’est un bon pédagogue et j’ai appris beaucoup cette saison avec lui. On est privilégiés de l’avoir au sein du programme. »

Et les Titans, clairement, sont privilégiés d’avoir Olivier Robert pour les représenter.