Le demi-marathon de Granby accueillera un... marathon lors de sa prochaine édition en octobre.

Nouveauté au demi-marathon de Granby

Le populaire demi-marathon de Granby (DMG) reviendra pour une 13e édition en octobre prochain avec une nouveauté qui fera plaisir à ceux souhaitant courir une plus longue distance. Un marathon complet sera en effet intégré à l’événement annuel.

Sans même avoir fait d’annonce officielle, la demande est très élevée alors que 150 personnes se sont déjà inscrites pour cette course de 42,2 km. Ce fort intérêt pourrait même amener les responsables de l’activité à limiter les places afin de bien développer cette nouvelle épreuve.

« On est en année de rodage. On veut bien faire les choses pour que le marathon revienne tous les ans », explique Éric Fleury, organisateur et directeur du demi-marathon de Granby.

Cela fait un an et demi que ce projet prend forme. L’organisation des Courses Thématiques, qui est chargée de cette épreuve, voulait prendre son temps pour s’assurer que cette course devienne un incontournable chaque automne. « C’est de partir la roue et une fois partie, elle ne s’arrêtera plus », a imagé M. Fleury.

Qualification pour le marathon de Boston

Cette année, les participants du DGM auront également la possibilité de se qualifier pour le marathon de Boston, une autre nouveauté qui suscite de l’engouement. Lors des dernières années, plusieurs marathoniens couraient ailleurs pour tenter d’obtenir un billet pour l’épreuve de la capitale du Massachusetts.

En région, il y avait seulement Magog qui offrait auparavant cette possibilité. Et comme Granby n’est pas reconnu pour avoir énormément de côtes, les gens pourraient venir prendre part à la course pédestre de 42,2 km en grand nombre dans l’espoir de participer au plus vieux marathon annuel au monde à Boston.

Afin que ce soit officiel, l’organisation du DMG devra faire des démarches auprès de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Il est seulement question d’envoyer les documents nécessaires pour assurer qu’il n’y a pas de voie ferrée sur le parcours, par exemple.

Un circuit naturel

M. Fleury affirme que le trajet offert sera magnifique. Trois personnes de l’équipe organisationnelle de la course en ont fait l’expérience et la nature les a subjuguées. Cet aspect, croit-il, amènera aussi davantage de participants.

Les concurrents auront la chance d’effectuer le tour du parc national de la Yamaska. Les joggeurs n’ont toutefois pas à s’inquiéter du droit de passage requis pour fouler cette zone.

Une vidéo promotionnelle sera d’ailleurs filmée dans le mois de juin pour détailler l’expérience que les coureurs pourront vivre.

L’arrivée de cette nouvelle épreuve n’est pas la seule nouveauté en développement. D’autres projets sont en progression pour les années à venir. L’organisation veut notamment en faire un événement étendu sur deux jours. « C’est une grosse préparation, mais ça dure seulement une journée », déplore Éric Fleury.