Dany Gagné vise le titre de recrue de l’année en modifié à l’Autodrome Granby.

Non, Dany Gagné n’est pas intimidé

« Est-ce que je suis nerveux ? Non. Moi, j’ai été opéré pour les nerfs quand j’étais petit ! »

Quelques minutes avant d’embarquer dans sa voiture pour effectuer quelques tours de pratique, Dany Gagné affirmait être en parfait contrôle de ses moyens alors qu’il se préparait à effectuer ses grands débuts en modifié à l’Autodrome.

Gagné, 25 ans, fait le saut en modifié après avoir « brûlé » la classe sportsman. En 2017, il a été couronné champion à Granby, au RPM Speedway ainsi qu’à l’Autodrome Drummond. Il avait aussi triomphé à Granby l’année précédente. Bref, il était plus que prêt à graduer !

« Je suis excité, mais je me sens très bien, a expliqué le pilote de Mercier. C’est un beau moment et je ne vais pas le gâcher en perdant le contrôle de mes émotions. J’ai travaillé fort avant d’en arriver ici et je veux profiter du moment. »

Gagné, un mécanicien dans la vie de tous les jours, en était tout de même à son deuxième départ en modifié cette saison. Il a fini septième il y a une semaine sur la nouvelle piste de terre battue de Plattsburgh.

« J’étais content, a-t-il dit. Pour une première, c’était un résultat intéressant. »

À Granby, où on le verra toutes les semaines, Gagné vise le titre de recrue de l’année.

« La compétition est très forte ici, mais je pense vraiment que je peux viser une place dans le top 10. Je ne crois pas que ce soit irréaliste. »

Gagné croit en lui et c’est bien ainsi. Ses succès répétés en sportsman lui ont apporté énormément de confiance.

Il a fait ses classes
Dany Gagné fait ses débuts en modifié, la Ligue nationale de la terre battue, après avoir passé sept ans en sportsman. Il a longtemps rêvé à ce moment-là.

« J’ai seulement 25 ans, mais personne ne pourra dire que je n’ai pas fait mes classes, a-t-il repris. J’ai beaucoup appris en sportsman et je suis prêt à me battre avec les meilleurs. »

Gagné a répété qu’il se retrouvait dans la cour des millionnaires, ces pilotes qui ont de gros budgets, mais il n’est pas intimidé.

« La grosse différence entre les sportsman et les modifiés, c’est le budget et, bien sûr, la qualité des pilotes. Pour le reste, les moteurs sont plus puissants et il faut y aller plus doucement en sortant des virages, mais la différence n’est pas énorme avec les sportsman. Honnêtement, je ne me sens pas dépaysé du tout. »