« Après avoir fini troisième il y a deux ans et deuxième l'an dernier, je veux aller jusqu'au bout, je veux gagner! », a indiqué Andrew Ranger.

NASCAR Canada: une lutte sans merci

Andrew Ranger a beau faire de la course automobile depuis qu'il est enfant, il a clairement encore le feu sacré pour son sport. À preuve, la fébrilité qui l'animait, vendredi après-midi, alors qu'il roulait en direction de Bowmanville où sera disputé, dimanche, la première manche du championnat de la série canadienne de NASCAR.
« Ça recommence et je suis content ! , a lancé le pilote de 30 ans à l'autre bout du fil. En fait, je suis à la fois excité, fébrile et un peu nerveux. Tous ces sentiments me prouvent que je suis encore à ma place derrière le volant d'une voiture de course. »
Commanditée par Pinty's­, la série canadienne de NASCAR semble prendre du galon à chaque année, ce qui n'est pas étranger non plus à l'enthousiasme­ de Ranger.
« Plus personne ne court ici par défaut. Quand Alexandre Tagliani­ renonce aux qualifications des 500 milles d'Indianapolis pour faire notre série à temps plein, ça veut dire quelque chose. Et quand tu vois Pinty's, Mopar, BRP, Lowe's Canada et d'autres grandes entreprises s'associer à la série, ça veut dire quelque chose aussi. Moi, je ne suis pas gêné d'être là où je suis. »
Et si de plus en plus de grandes entreprises de même que de plus en plus de médias sérieux s'intéressent à la série canadienne de NASCAR, c'est d'abord en raison de la qualité des pilotes et de la compétition qui règne en piste.
« La compétition sera plus forte que jamais cette année, reprend Ranger, qui parle même de lutte sans merci. Il y a du talent et il y a plusieurs gars qui ont des choses à prouver, moi le premier. (Cayden­) Lapcevich veut montrer qu'il n'a pas été juste chanceux en 2016, Tagliani n'a pas mis tous ses oeufs dans le même panier pour rien, (D.J.) Kennington n'a pas gagné une course depuis 2013, on dit que (Kevin) Lacroix a des visées sur le titre, etc. Et moi, après avoir fini troisième il y a deux ans et deuxième l'an dernier, je veux aller jusqu'au bout, je veux gagner ! »
Enfin un nouveau moteur... 
Après quelques années à en parler, Ranger roulera enfin avec le moteur de nouvelle génération développé par Chrysler. Il sera le tout premier pilote en NASCAR à l'expérimenter.
« On a fait des essais à Bowmanville­ il y a quelques semaines et j'ai aimé son comportement. Évidemment, des essais, ce n'est pas une course et je vais attendre avant de porter un véritable verdict. Mais l'idée de rouler avec une voiture plus légère de 140 livres me plaît énormément. Ça peut faire une bonne différence. »
À Bowmanville, sur le circuit routier du Canadian Tire Motorsport­ Park (l'ancien Mosport­), Ranger a connu de bons et de moins bons moments par le passé. L'an dernier, il a triomphé en lever de rideau de saison avant d'être abandonné par son moteur lors de l'épreuve du week-end de la fête du Travail.
« C'est la première course de la saison et tout le monde est super motivé, tout le monde veut partir en force. Ça va être le fun ! »
Ranger aura encore David Wight comme chef d'équipe cette saison. Les deux semblent liés par une belle complicité.
« Il connaît ça et on s'entend super bien. Je suis content de l'avoir à mes côtés. »