Geneviève Baril et sa fidèle Flare sont satisfaites de leurs performances de samedi et dimanche en Pologne.

Mondiaux de canicross: une 11e place pour Geneviève Baril et Flare

Geneviève Baril et Flare se sont classées en onzième position au classement cumulatif des épreuves de canicross aux IFSS World Championships­ Dryland, en Pologne, ce week-end. Les deux partenaires de course sont satisfaites des résultats compte tenu des conditions de piste.

Samedi, la pluie était abondante pour la première épreuve de 4,5 km et, par conséquent, la boue aussi. « C’était très difficile comme conditions, confie-t-elle au bout du fil. On était 13e samedi sur 50 [dans la catégorie femmes-élite]. On ne savait pas trop à quoi s’attendre, alors on était contentes de se retrouver aussi haut dans le classement. Entre la 8e et la 15e position, il y avait seulement quelques secondes de différence. Il y a l’animal qui est dans la game aussi. Il faut savoir faire ressortir le meilleur­ de son chien. »

Le duo a complété le meilleur temps de l’ensemble des Canadiennes, samedi, mais elles ont réussi à garder assez d’énergie pour aller un peu plus vite le lendemain. « Dimanche, c’était plus agréable, c’était moins mouillé, on a eu plus chaud. Mais il y a d’autres épreuves qui sont passées après le canicross, donc la piste était encore plus technique aujourd’hui. Les gens étaient plus lents, ce qui fait qu’on est vraiment contentes, Flare et moi, d’avoir fait un meilleur temps. On s’était gardé un peu d’énergie. On a seulement retranché une seconde, mais considérant que le parcours était très lent, on a démontré qu’il nous restait un peu d’énergie. »

Durant la deuxième ronde, la Canadienne Maude Lapointe a réalisé un meilleur temps. Au cumulatif, cependant, Mme Baril et Flare ont été les plus rapides. 

« C’était extraordinaire de se retrouver parmi les meilleurs au monde. Il y avait de très bonnes coureuses. Ils ont une race de chiens en Europe qui est reproduite pour le canicross, qui s’appelle le Greyster. Ce sont des chiens énormes, très puissants. De magnifiques chiens. Ça va rester dans mes souvenirs parce qu’ils sont impressionnants et très hauts. C’est un bon 15 livres de plus que mon chien (un labrador). La qualité, la vélocité, la puissance de leur chien, c’était un autre niveau. »

Sept Canadiens et leur fidèle compagnon ont pris part aux championnats mondiaux de sports attelés. Avec les familles, l’associée et le commanditaire majeur de Geneviève Baril, la délégation a surpris les Polonais par le nombre de personnes qui la composait.

L’accueil a par ailleurs été chaleureux. Elle donne en exemple un moment où leur campeur était enlisé dans la boue et, en quelques minutes, plusieurs Polonais les ont aidés à sortir de leur fâcheuse position.

LES CHAMPIONNATS MONDIAUX À BROMONT ?

La fondatrice de Sirius Sports Canin Geneviève Baril n’a eu que de bons mots pour l’organisation des championnats du monde. Elle a notamment souligné la précision dans le chronométrage et la justesse dans les heures de départ. La Bromontoise voulait, en y participant, voir comme ils fonctionnaient pour s’en inspirer. 

« Sirius Sports Canins organise beaucoup d’événements et on a eu l’occasion de voir comment ils s’y prennent, se référer aux standards européens, surtout qu’on a l’intention, en 2021, de poser notre candidature pour avoir les championnats du monde au Canada, à Bromont. »

Son associée et son commanditaire étaient présents également pour déterminer quel soutien était nécessaire à un tel événement sportif.

« Elles étaient très positives à l’idée qu’on pourrait offrir une compétition de cette envergure-là avec les installations à Bromont, comme au parc équestre. On réalise qu’on aurait la place, les infrastructures et le côté touristique intéressant pour les Européens. »

Leurs attentes étaient similaires à ce que l’équipe a pu observer. Les sports canins grandissent petit à petit dans la région grâce au travail de Sirius Sports Canins. D’année en année, les événements reviennent et d’autres se créent où le maître et le chien performent, qu’il s’agisse par exemple de canicross, de skijoring ou de bikejoring.