Éliott a passé un bel été sur les terrains de baseball de la région. Son papa aussi.

Mon été avec mes atomes

CHRONIQUE / Début mai, le président de Baseball mineur Granby, Jean-Philippe Primeau, m'a dit : « Michel, on manque de coachs ! Prendrais-tu l'équipe atome B de ton gars ? Tu vas voir, tu vas passer un bel été ! »
Je me suis laissé le week-end pour y penser. Et le lundi matin, j'ai dit oui. Même si les mois suivants s'annonçaient intenses pour moi à La Voix de l'Est, même si prendre soin de mes quatre enfants ne me laisse pas un temps fou pour faire autre chose, même si, même si, même si...
Mais Primeau avait raison : j'ai passé un bel été !
J'adore le baseball, mais j'avais bien pris soin de dire aux parents de mes joueurs que je n'étais pas Felipe Alou. Je couvre et j'analyse des matchs pour mon journal, mais enseigner le sport à des enfants de sept ans, je n'avais jamais fait ça avant. Et croyez-moi, ce n'est pas si évident !
Ils sont allumés, nos jeunes, et ils en posent, des questions. Les explications du coach ont besoin d'être claires, sinon t'as pas fini !
On n'a pas gagné souvent, je vous l'avoue. Trois fois en saison régulière et une fois en séries éliminatoires. Et deux de ces victoires sont survenues lorsque l'équipe était dirigée par mon adjoint Jonathan parce que j'étais à l'extérieur de la ville pour La Voix de l'Est. Un de mes joueurs m'a d'ailleurs dit : « On dirait que ça va mieux quand c'est Jonathan, coach Michel ! »
La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on !
Mais attention, y'a pas un entraîneur qui était plus « sur la coche » que moi au niveau des communications avec les parents. Des courriels, j'en ai envoyé une tonne, les papas et les mamans de mes joueurs n'ont raté aucune info de l'été : les matchs à reprendre, les entraînements, la campagne de financement, les pratiques, la bouteille d'eau oubliée par Maxime, etc. Je travaille dans les communications et j'en ai communiqué un coup, croyez-moi !
N'empêche que j'ai encore plus de respect pour les entraîneurs, qu'importe le sport, qu'auparavant. C'était juste du baseball atome et je trouvais parfois que ça allait vite. Et quand je prenais une mauvaise décision, je pensais aux coachs que je critique dans mes analyses. Si vous trouvez que je suis mollo avec l'entraîneur des Inouk cette saison, vous saurez pourquoi !
Ceci dit, le baseball est un merveilleux sport, qui est en pleine croissance à Granby. Et j'ai été content d'apporter ma petite contribution cet été. Est-ce que je reviendrai la saison prochaine ? Je ne sais pas encore.
Mais cette équipe des Phénix gris restera toujours gravée dans mon coeur. Je me souviendrai toujours des longs coups frappés par Alex, pourtant haut comme trois pommes, des beaux encouragements et des pleurs du très émotif Maxime, de toutes les questions posées par Noah, du grand sourire de Napoléon à chaque fois qu'il arrivait au parc et des belles discussions que j'avais, avant et après les matchs, avec mon fils Éliott.
Oui, ça a été un bel été. J'ai appris un peu plus sur le baseball, sur les jeunes et sur moi. C'est fou ce que les enfants nous permettent de grandir... même à presque 50 ans.
Albert, Alex, Jezékael, Maxime, Napoléon, Noah, Olivier et Éliott... Un gros, gros merci, les boys !