« J’ai 63 ans et je veux en profiter pendant que j’ai encore la santé », partage Michel Sallenbach.

Michel Sallenbach veut s’amuser

Après avoir remporté trois championnats en quatre ans en classe Touring du Championnat canadien de voitures de tourisme, Michel Sallenbach avait l’impression d’avoir fait le tour du jardin. Et voilà qu’il va tâter le pouls d’une série et puis d’une autre d’ici l’automne.

Le week-end dernier, le pilote de Roxton Pond a couru en série World Challenge sur le Virginia International Raceway, où il s’est classé sixième et septième (sur 14) en classe TCA à bord d’une Mini Cooper JCW. Mais il ne s’agit que du début d’une saison où il se promènera pas mal.

« J’ai 63 ans et je veux en profiter pendant que j’ai encore la santé, explique Sallenbach, qui n’avait encore jamais couru en dehors du Canada. J’ai envie d’essayer autre chose, j’ai envie de m’amuser et le fait de ne pas participer à aucun championnat va m’enlever cette pression de gagner, celle de devoir performer à tout prix. C’est pas compliqué, je veux avoir du fun ! »

Sallenbach prendra tout de même part à deux week-ends du calendrier du Championnat canadien de voitures de tourisme, soit celui du Grand Prix de Trois-Rivières, en août, et celui du Circuit ICAR de Mirabel, en septembre.

« Le Grand Prix de Trois-Rivières et ICAR, ce sont des classiques. Surtout à Trois-Rivières, où j’ai toujours un plaisir fou. »

Dans un mois, il participera à une première épreuve d’endurance à Watkins Glen, dans l’État de New York, puis à une seconde à Barcelone, rien de moins, à la fin de l’été. D’autres courses devraient s’ajouter à son horaire.

« Honnêtement, je suis très excité, a repris Sallenbach. Peut-être qu’après avoir couru dans une série et puis une autre, je vais me trouver une nouvelle niche en vue de la prochaine saison. Je suis ouvert à tout… en autant que j’aie du plaisir ! »

Son désir est très clair.