«On travaille fort sur la voiture ces temps-ci pour finir par trouver les bons ajustements. Car on a ce qu’il faut pour finir dans le top 5, mais pas pour gagner», explique Michaël Parent.
«On travaille fort sur la voiture ces temps-ci pour finir par trouver les bons ajustements. Car on a ce qu’il faut pour finir dans le top 5, mais pas pour gagner», explique Michaël Parent.

Michaël Parent à la recherche des bons ajustements

Après s’être classé quatrième lors des deux premiers programmes de la saison disputés à l’Autodrome Granby, Michaël Parent n’a pas fini la dernière course, puisqu’il a été victime d’un sérieux accrochage. Et le pilote granbyen a envie de remettre les pendules à l’heure samedi soir lors d’une autre soirée présentée à huis clos.

« On travaille fort sur la voiture ces temps-ci pour finir par trouver les bons ajustements, explique Parent. Car on a ce qu’il faut pour finir dans le top 5, mais pas pour gagner. Mais on va finir par l’avoir, je le sais ! »

Le problème ne se situe pas au niveau du moteur, le W16 performant au goût de Parent sur le demi-mille de Granby.

« Le W16 fait le travail à l’Autodrome. C’est davantage au niveau de la suspension et des amortisseurs qu’on cherche les bons ajustements. »

Le dernier résultat de Parent lui a fait mal, lui qui est glissé au huitième rang du championnat en modifié. Les frères Bernier, François et Steve dans l’ordre, sont au sommet du classement.

« Les Bernier sont solides, c’est clair. Et ils travaillent en équipe, ce qui est un avantage non négligeable. Deux pilotes pour voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, c’est mieux qu’un seul. »

Une bonne nouvelle

Le 14 août, l’Autodrome pourra accueillir 250 personnes sur son vaste site. Une très bonne nouvelle, selon Michaël Parent.

« C’est un pas en avant, mentionne-t-il. Ce n’est pas encore beaucoup, 250 personnes, ça va certainement frustrer plusieurs amateurs, mais c’est mieux que rien. Peut-être qu’en septembre, on pourra recevoir plus de gens encore. Il faut garder espoir. »

Parent a aussi une bonne pensée pour les promoteurs.

« Un gars comme Dominic (Lussier) travaille fort cet été pour garder l’intérêt pour notre sport. Ce n’est pas un été payant pour lui et ses partenaires, c’est clair. Et une bonne nouvelle pour lui, ça devient forcément une bonne nouvelle pour nous. »

Il admettra tout de même qu’il s’agit d’une saison très différente.

« À chaque fois que j’embarque dans ma voiture, je donne mon 100 %. Mais qu’on le veuille ou non, on est tous un peu moins dedans. On ne court pas autant qu’on voudrait, on ne court pas toujours où on veut. D’un autre côté, c’est une saison parfaite pour essayer des trucs et faire des tests sur la voiture. »

Les modifiés, les sportsman, les pro-stock et les sports compacts disputeront tous pas une, mais deux finales samedi. Trente-deux voitures sont inscrites en modifié, classe qui se paiera deux finales de 25 tours.

Dominic Lussier, toujours la visière au visage, retrouve le sourire.

+

DES PROGRAMMES AVEC SPECTATEURS LES 14 ET 28 AOÛT

Il y aura un programme avec spectateurs à l’Autodrome le 14 août, mais aussi, apprend-on, le 28 du même mois.

« On est contents, ça nous donne un peu d’air, lance Dominic Lussier. Ça ramène aussi le sourire aux amateurs et aux pilotes. »

Le 8 août, Lussier lancera la saison du RPM Speedway, piste dont il est également promoteur et copropriétaire. L’Autrodrome Drummond lancera quant à elle ses activités le 15 août.

Bref, les amateurs de stock-car sur terre battue auront droit à un mois d’août presque normal. Il faudra ensuite voir pour septembre.

À Granby, les gens de l’Autodrome vont évidemment prioriser les détenteurs d’abonnements de saison, qui sont plus nombreux que 250.

« Mais ce n’est pas tous nos abonnés qui veulent ou qui peuvent être là le 14 et le 28, reprend Dominic Lussier. Après qu’on ait fait le tour complet, on offrira les places qui vont rester au grand public. »

Les billets de l’Autodrome n’auront jamais été aussi précieux.