Maxime Roy est le premier à l’admettre : il n’a pas un parcours comme les autres.

Maxime Roy veut être utile aux Bisons

Ce n’est pas de lui dont on parle le plus souvent, mais Maxime Roy a rendu de précieux services aux Maroons et il en rend maintenant de tout aussi précieux aux Bisons. La polyvalence de l’athlète de 28 ans est probablement son plus bel atout.

Roy est un attaquant, mais il est capable de bien se défendre à la ligne bleue aussi. Et à chaque fois que le club de hockey senior AAA de la région s’est retrouvé à court de défenseurs, le natif de Saint-Paul-d’Abbotsford n’a jamais hésité à dépanner pour la cause de l’équipe.

« Je suis un attaquant, j’aime mieux jouer en avant, mais je vais jouer en arrière sans problème si on a besoin de moi, explique Roy. C’est arrivé assez souvent par le passé, mais je n’ai pas l’impression que ça va arriver souvent cette saison parce qu’on a énormément plus de profondeur. »

En fait, il n’y a pas grand-chose que Roy ne peut pas faire sur la patinoire, incluant jeter les gants. Les entraîneurs aiment miser sur un joueur comme lui, qui peut à peu près tout faire.

« Tout ce que je veux, moi, c’est être utile à mon club. C’est valorisant de savoir que tu peux aider un peu partout. »

Un parcours « spécial »

Maxime Roy, un policier à Saint-Jean-sur-Richelieu dans la vie de tous les jours, l’avoue : il n’a pas un parcours comme les autres.

« Mettons que mon parcours au hockey est spécial, dit-il. J’ai joué au hockey collégial, puis dans le junior AA, mais je n’ai jamais joué dans le midget AAA, le junior majeur ou le junior AAA comme bien des gars ici. Quand je suis dans le vestiaire aux côtés de tous ces gars qui ont un CV hockey beaucoup plus impressionnant que le mien, je me sens privilégié. »

Mais Roy ne vole la place de personne.

« Je donne mon meilleur à chaque match. Je sais ce que je peux faire, je connais mes limites et je joue à l’intérieur de ces cadres-là. Et j’ai beaucoup de plaisir, encore plus cette saison. »

Comme tout le monde, dans le fond. Les Bisons gagnent et ça, ça change tout.

« Il y a la victoire, mais il y a plein de choses qui ont changé cette saison. Christian (Roy, le grand patron de l’équipe) fait tout en son pouvoir pour que les gars soient heureux de se présenter à l’aréna. Quand on va sur la route, on a maintenant un autobus à notre disposition. C’est un exemple comme ça, mais ça fait une différence. »

Roy le premier sera plus assidu. Pas parce qu’il a plus de plaisir, simplement parce qu’il a désormais plus de flexibilité au travail.

« J’en suis à ma troisième année comme policier à Saint-Jean et ça fait une différence. Quand tu commences, c’est plus difficile de demander congé, on s’entend. Cette saison, je ne raterai pas beaucoup de matchs. »

Une revanche à prendre

Les Bisons tenteront d’ajouter une cinquième victoire à leur fiche, vendredi soir, alors qu’ils affronteront le Climatisation Cloutier du Cap-de-la-Madeleine au centre sportif Léonard-Grondin. S’il sait que son équipe ne gagnera pas les 22 matchs à son horaire en 2019-2020, Maxime Roy n’a pas envie de perdre contre le Cap.

« Ce sont eux qui nous ont éliminé en quarts de finale la saison dernière et juste ça, c’est une belle motivation. En plus, ils nous ont sortis en quatre matchs et ça, ça fait mal. Disons qu’on leur en doit une. »