«Moi, l’été, c’est les courses. Je cours une couple de fois par semaine et je passe ensuite une partie de mes soirées dans le garage à travailler sur la voiture. Les saisons sont courtes, mais elles sont intenses. Et je vais trouver ça dur si on ne réussi pas à se faire une saison», explique Maxime Plante.
«Moi, l’été, c’est les courses. Je cours une couple de fois par semaine et je passe ensuite une partie de mes soirées dans le garage à travailler sur la voiture. Les saisons sont courtes, mais elles sont intenses. Et je vais trouver ça dur si on ne réussi pas à se faire une saison», explique Maxime Plante.

Maxime Plante ne s’imagine pas un été sans courses

Maxime Plante est le pilote régulier de l’Autodrome Granby qui obtient le plus de succès à l’intérieur du championnat DIRT de la série DRIVR Simulation. Deuxième au classement derrière l’Américain Brandon Planck, il impressionne.

«Avec 50 points de retard sur Brandon et avec une seule épreuve au calendrier, mes chances de victoires sont minces, admet néanmoins le Maskoutain. Mais j’ai du plaisir et les courses simulées ont permis de garder l’intérêt des pilotes et des fans. Le plus important, c’est ça.»

Le champion de la série du printemps sera couronné vendredi soir. Reste à savoir s’il y aura une série d’été. Une chose est certaine, l’Autodrome présentera sa Super DIRT Week virtuelle à lui, du 8 au 13 juin, alors que tous auront rendez-vous sur la piste du Knoxville Raceway à l’occasion du DRIVR Nationals.

«Ça fait huit ans que je joue sur iRacing, reprend Plante, 15e au championnat des modifiés en 2019. J’ai de l’expérience, mais je jouais surtout l’hiver, question de garder bien vivants mes réflexes de pilote. Je m’en tire bien, mais il y en a de bien meilleurs que moi…»

Plante participe au championnat DIRT de l’Autodrome ainsi qu’à une autre série, celle-là sur asphalte.

«Alex Labbé est là-dedans, Raphaël Lessard aussi. C’est l’fun de compétitionner avec ces gars-là. C’est de la course simulée, mais je pense que ça me permet d’améliorer sensiblement mon pilotage.»

La vraie vie

Mais samedi, ce sera le retour à la vraie vie, sur la vraie terre battue, alors que l’Autodrome tiendra une première séance de pratiques avec l’accord du gouvernement du Québec.

«Ça va faire du bien, c’est clair, dit encore Plante. Quand on a lu en début de semaine que Dominic (Lussier) avait obtenu le OK du gouvernement, on était tous très, très contents.»

Plante a 23 ans. Récemment, il s’est senti mal lorsqu’il s’est mis à penser que, pour la première fois depuis l’âge de six ans, il ne courra peut-être pas cet été.

«Moi, l’été, c’est les courses. Je cours une couple de fois par semaine et je passe ensuite une partie de mes soirées dans le garage à travailler sur la voiture. Les saisons sont courtes, mais elles sont intenses. Et je vais trouver ça dur si on ne réussi pas à se faire une saison.»

Le Cornwall Motor Speedway présentera un programme le 6 juin. Il n’y aura aucun spectateur dans les gradins et les courses seront présentées sur le web. Plante se demande si on ne pourrait pas organiser quelque chose du genre à Granby.

«Je sais que les promoteurs réfléchissent à plein de choses. Évidemment, ça prend l’accord du gouvernement. Mais je pense que les pilotes sont prêts à faire leur part pour avoir un semblant de saison, même réduite. Les gars et les équipes sont prêts à mettre un peu de sous là-dedans.»

La journée de samedi pourrait s’avérer déterminante pour la suite des choses. Les gens de l’Autodrome auront de bons arguments à présenter aux autorités s’ils parviennent à démontrer qu’il y a moyen de faire des courses de façon sécuritaire même en ces temps difficiles.