Maxime Guyon a récolté 32 points en 19 matchs avec les Bisons la saison dernière.
Maxime Guyon a récolté 32 points en 19 matchs avec les Bisons la saison dernière.

Maxime Guyon, le joueur de l’année chez les Bisons

À la suite d’un scrutin mené sur internet auprès des partisans, Maxime Guyon a reçu le titre de joueur par excellence de la dernière saison chez les Bisons.

Le choix de Guyon s’imposait. Avec 16 buts et autant de passes en 19 matchs, il a été le meilleur marqueur de l’équipe en saison régulière, lui qui a ajouté sept autres points en quatre matchs des séries.

Sa récolte de 32 points le place aussi au 10e rang des marqueurs de la Ligue senior AAA du Québec, sept points derrière Fabien Laniel, de Louiseville, le meilleur pointeur. Et seulement trois joueurs ont inscrit plus de buts que lui à travers le circuit.

Les attaquants Vincent Senez-Allaire, Tommy Lapierre et Christopher Saurette ainsi que le défenseur Jonathan Delorme étaient les autres joueurs des Bisons en nomination.

«Ça fait toujours plaisir de voir son travail reconnu, encore plus quand ce sont les partisans qui votent, a expliqué Guyon. Mon rôle à moi est de mettre des points au tableau et j’ai quand même réussi à bien faire mon boulot la saison dernière.»

Guyon sait fort bien qu’une place l’attend encore à Granby la saison prochaine. Mais il attend aussi des nouvelles des 3L de Rivière-du-Loup, de la Ligue nord-américaine, avec lesquels il a disputé une dizaine de matchs en 2019-2020.

«Les choses ont bien été à Rivière-du-Loup également (il a amassé une moyenne d’un point par match), mais le directeur général Karl Boucher m’a dit qu’il ne discuterait d’avenir avec personne avant de savoir ce qui va advenir de la prochaine saison. La LNAH, ça reste la LNAH, mais j’ai beaucoup aimé mon expérience avec les Bisons, une organisation de classe A1, et j’ai aimé jouer devant toutes ces belles foules à Granby. Honnêtement, une place à temps plein avec les Bisons et une autre de réserviste de luxe avec les 3L me conviendraient encore parfaitement.»

Les Bisons devraient être encore capables de vivre avec ça.