Maxime Borduas a signé une incroyable performance de cinq buts dimanche après-midi face à l’Arctic de Montréal-Nord.

Maxime Borduas coule l’Arctic avec cinq buts

Maxime Borduas a brillé avec un match de cinq buts et les Inouk ont signé une cinquième victoire de suite en l’emportant 6-2 face à l’Arctic de Montréal-Nord, dimanche après-midi, à l’aréna Garon.

L’attaquant de 20 ans de St-Césaire a presque doublé sa production offensive en une seule rencontre, lui qui affiche maintenant une récolte de 13 buts en 16 parties. Et bien que Borduas ait signé cet exploit face au pire club de la LHJAAAQ, cela n’enlève rien à son incroyable performance.

« Maxime a été très bon, non seulement avec ses cinq buts, mais dans son jeu d’ensemble. Il a aussi été dominant dans le cercle des mises en jeu. Il a vraiment été solide aujourd’hui (dimanche) », a noté l’entraîneur-chef des Inouk, Patrice Bosch.

Le vétéran a été bien appuyé par Patrice Demuy et le capitaine des Inouk, Gabriel Chicoine, qui ont chacun obtenu quatre aides. Demuy est présentement le meilleur pointeur du club granbyen en vertu d’une récolte de 29 points en 16 rencontres.

En avance 3-0 en début de 3e période, les Inouk semblaient se diriger vers un gain facile lorsque l’Arctic a profité de quelques pénalités pour rétrécir l’écart à un seul but. La troupe de Patrice Bosch a néanmoins sauvé les meubles avec trois buts sans riposte dans les cinq dernières­ minutes de jeu.

« On a connu un bon match, mais en tant qu’équipe, on a été très indiscipliné. On a manqué de focus un peu et honnêtement, j’ai trouvé que Montréal-Nord a très bien joué. C’est une équipe de dernière position qui, à mon avis, ne restera pas à la dernière place longtemps. Santino fait un bon travail de l’autre côté », a indiqué­ Bosch.

Retrouvailles

C’était en effet un match de retrouvailles pour Bosch et son ancien adjoint, Santino Pellegrino­, qui a quitté les Inouk pour aller diriger l’Arctic à la mi-octobre. L’entraîneur et DG de la formation granbyenne a admis que ce premier duel entre les deux clubs depuis le départ de Pellegrino avait eu une saveur particulière.

« C’est toujours dangereux lorsqu’on retrouve un coach qu’on connaît de l’autre côté et que les gars ont déjà joué pour lui. Ç’a d’ailleurs été un match serré jusqu’à la fin où on a marqué trois buts rapides. On n’a pas donné beaucoup de lancers et de chances de marquer, mais ça aurait pu mal virer si on n’avait pas fait attention­ », a indiqué Bosch.

Les Inouk ont néanmoins eu le dessus dans toutes les facettes du jeu. Pendant que Corey Scalia faisait face à un barrage de 48 lancers devant le filet de l’Arctic, Charles-Antoine Poirier-Turcot n’a eu qu’à repousser 14 tirs pour décrocher la victoire.

Même situation au niveau des unités spéciales alors que les Inouk ont fait mouche quatre fois en huit supériorités numériques tandis que l’Arctic a fait bouger les cordages une seule fois en sept occasions.

« Présentement, nos unités spéciales, autant en avantage qu’en désavantage, vont très bien. C’est un gage de succès pour n’importe quel club, donc il faut maintenir ça », a souligné Patrice Bosch.

Pendant que l’Arctic (1-14-0) continue de croupir dans les bas-fonds du classement, les Inouk (11-4-1), qui siègent au 2e rang de la division Martin St-Louis, poursuivent leur belle séquence victorieuse amorcée il y a trois semaines.

Une lancée qui sera mise à rude épreuve cette semaine alors que les Inouk ont deux matchs de quatre points qui les attendent face à des rivaux de division.

Jeudi soir, ils rendront visite aux Braves (10-5-1) de Valleyfield qui les talonnent au classement, puis vendredi, ils affronteront les meneurs de leur section, le Collège Français (13-2-2) de Longueuil, encore une fois sur la route.