Les juges ont accordé la note de 97,50 à Maxence Parrot lors de sa deuxième descente.

Maxence rêvait de battre White

Sur les hauteurs de Sotchi, le soleil plombait. Les spectateurs se promenaient le manteau ouvert, les lunettes fumées vissées au visage. Pas un nuage à l'horizon hérissé de montagnes. Un peintre sans grande inspiration aurait intitulé la scène: Ciel bleu sur fond de Caucase.
C'était une journée parfaite pour la première épreuve de slopestyle de l'histoire olympique. Mais la météo ne trompait personne; une ombre planait hier sur les qualifications, celle de l'Américain Shaun White. La veille, la légende de la planche à neige s'était désistée de cette épreuve historique citant le danger de la piste et son désir de se concentrer sur la demi-lune. Le même jour, Sébastien Toutant et Maxence Parrot l'avaient varlopé sur Twitter avant d'effacer leurs micromessages.
Repentants, les Québécois? Pas vraiment. Pour avoir suggéré que White s'était désisté parce qu'il avait «peur» de perdre, Maxence Parrot s'est fait traiter d'arrogant. Le planchiste de 19 ans, originaire de Bromont, a répondu à sa manière en réalisant le meilleur score de la journée de qualification avec une performance frôlant la perfection.
«Je pense que je n'ai jamais eu un aussi bon score dans ma carrière. Je suis super content, j'ai réussi mon parcours de haut en bas», a commenté Parrot, à qui les juges ont accordé 97,50 points sur 100 pour sa deuxième descente. La star montante du snowboard slopestyle s'est vu accoler l'étiquette de grand favori pour la finale de demain. S'il l'emporte, il deviendra le premier médaillé d'or de sa discipline et des Jeux de Sotchi.
Des explications
Mais avant, Parrot a dû s'expliquer sur Shaun White. Ses propos et ceux de son coéquipier Sébastien Toutant troisième de sa vague avec 87,25 points et qualifié pour la finale ont créé une petite tempête médiatique.
«J'ai écrit sur cette histoire toute la journée d'hier», racontait, amusée, une journaliste du USA Today, où White est une célébrité depuis qu'il a gagné sa première médaille aux X Games à l'âge de 16 ans. Trois ans plus tard, il remportait l'or à la demi-lune à Turin, un exploit répété à Vancouver.
«Le tweet que j'ai écrit sur Shaun White, ce n'était pas pour être arrogant. Je pense que les gens ont mal compris, c'est pour ça que je l'ai supprimé et me suis excusé après», précise Parrot.
Tous les détails dans notre édition de vendredi