Mathieu Rivard lors d’un tournoi présenté au Royal Bromont en 2011.
Mathieu Rivard lors d’un tournoi présenté au Royal Bromont en 2011.

Mathieu Rivard: «J’ai su quand m’arrêter»

Chez les juniors et chez les amateurs, Mathieu Rivard a été un golfeur dominant. Aujourd’hui à la tête d’une entreprise de construction, il tente à nouveau de faire sa marque.

Le Granbyen Rivard a fait les choux gras de La Voix de l’Est pendant des années. On a suivi son évolution jusqu’aux professionnels avant qu’il ne s’éclipse doucement de la vie publique, aux alentours de 2014, non sans avoir marqué la petite histoire du sport de chez nous.

«J’ai commencé à pratiquer au golf à l’âge de cinq ans et mon sport m’a permis de jouer dans une vingtaine de pays, raconte-t-il. Évidemment, j’aurais aimé avoir une belle carrière chez les professionnels, mais je pense que j’ai su quand arrêter. Je n’ai pas de regrets.»

Les choses se présentaient plus ou moins bien pour Rivard chez les pros. Il n’avait pas le même succès que chez les juniors et chez les amateurs et il ne voyait pas quand il pourrait gagner sa vie convenablement avec le golf à court terme.

«Je n’avais pas le goût de m’obstiner et d’en arracher pendant des années. Je sais qu’il y a des golfeurs qui obtiennent finalement du succès à l’âge de 30 ans, mais j’avais 21 ans et je n’avais pas envie de me battre et de me battre encore. Surtout que j’avais l’occasion d’entreprendre une nouvelle carrière.»

C’est ainsi qu’il a commencé à travailler avec son père, promoteur immobilier de son état. Puis, en 2014, il a lancé son entreprise de construction, Les Habitations Mathieu Rivard. À 30 ans, le jeune homme habite toujours Granby, il gagne bien sa vie et semble heureux.

«Le golf et la construction, c’est deux choses complètement différentes, mais en raison du travail de mon père, c’est un milieu que je connaissais très bien et que j’aimais. En temps normal, je suis sur les chantiers à tous les jours avec ma boîte à outils. Je construis des maisons et j’aime ça.»

À 30 ans, Mathieu Rivard est aujourd’hui entrepreneur en construction.

Une expérience de vie

Oui, Mathieu Rivard a été un golfeur dominant chez les juniors et chez les amateurs. S’il conserve plusieurs bons souvenirs de ses années passées sur les verts, il en retiendra un en particulier.

«Qu’on le veuille ou non, la sixième place que j’ai obtenue au championnat mondial junior, à San Diego en 2007, est chère à mes yeux, souligne-t-il. À ce moment-là, tout était possible pour moi.»

Mais ce qu’il retiendra d’abord de sa carrière, c’est l’expérience de vie au grand complet.

«Je n’avais pas 20 ans encore et j’avais déjà vu une partie du monde. Et le golf m’a permis de me faire une tonne de contacts. Ça a été une belle aventure.»

Mais aujourd’hui, le fer no. 3 a cédé sa place au marteau et à la scie mécanique.

«L’an dernier, j’ai dû jouer au golf cinq ou six fois. Ça ne fait plus partie de mon quotidien. Quand je jouais pour vrai, j’étais là-dedans à 200%. Maintenant, c’est dans mon travail d’entrepreneur général que je suis à 200%. On change, on évolue…»