« Je peux en donner plus et j’espère pouvoir en donner plus bientôt… », indique Mathieu Papineau, qui avait amassé quatre points après cinq matchs.

Mathieu Papineau n’aime pas ses statistiques

Après avoir amassé 41 points en 19 matchs du calendrier régulier la saison dernière, Mathieu Papineau connaît un début de saison plutôt tranquille, du moins pas à la hauteur de ses possibilités, avec les Maroons.

Avant le match que les Maroons devaient disputer à Saint-Cyrille vendredi soir, Papineau avait amassé quatre points, dont seulement un but, en cinq rencontres. Celui qui entame sa troisième saison avec la formation waterloise est très conscient qu’il peut en donner plus.

« Je n’aime pas mes statistiques, c’est clair, a lancé l’attaquant de 27 ans. Je peux en donner plus et j’espère pouvoir en donner plus bientôt… »

On ne sent pas toujours Papineau­ 100 % à l’aise sur la glace. Quand on lui demande s’il est indisposé par une blessure, il répond vaguement.

« Disons que je ne suis pas en parfaite forme. On travaille là-dessus… », dit-il avant de changer­ de sujet.

Des changements « intéressants »

Lorsqu’il s’est présenté au premier match préparatoire des Maroons, Mathieu Papineau a constaté qu’il y avait beaucoup de nouveaux visages dans le vestiaire.

« Il y a eu des changements pour la peine, mais on peut parler de changements intéressants, mentionne-t-il. On s’est améliorés un peu partout et on s’en est rendu compte rapidement en début de saison. J’aime notre équipe. »

Et ce qu’il aime le plus, c’est le changement d’attitude dans le vestiaire.

« L’ambiance est nettement meilleure. Quand tu as travaillé 40 heures pendant la semaine et que tu arrives à l’aréna le vendredi ou le samedi, tu veux t’amuser. Et quand l’ambiance n’est pas bonne, ça ne te donne pas le goût… »

Aux yeux de Papineau, les Maroons sont une équipe améliorée. Et ce qu’il vise, c’est la coupe.

« On a le talent, c’est évident. Et si les gars continuent à se tenir de cette façon, on n’a aucune raison de ne pas se rendre jusqu’au bout. Ce que je vous dis là, je l’ai dit à l’entraîneur aussi. »

Parlant d’entraîneur, Papineau aime aussi ce qu’il voit de Miguel Fortin derrière le banc.

« Miguel est en contrôle de la situation et il fait une très bonne équipe avec Olivier Laliberté. Il connaît la game et il est proche de ses joueurs. Les gars aiment jouer pour lui. »


Un autre gardien dominant face aux Maroons ?

Les Maroons ont rendez-vous avec le Formule Fitness­ de Bécancour, samedi soir, à l’aréna Jacques-Chagnon. Avant son match de vendredi à Saint-Léonard-d’Aston, l’ancien Turmel de Lac-Mégantic n’avait subi qu’une seule défaite en quatre rencontres.

« C’est une équipe qu’il faut aborder avec beaucoup de sérieux, a expliqué Miguel Fortin. Ce n’est pas un club qui compte une tonne de super vedettes, mais il y a de bons joueurs à toutes les positions. Et son gardien­ est très solide. »

On ne sait pas si c’est lui qui sera devant le filet samedi, mais l’ex-Inouk Charles-Étienne Martin­ ne laisse pas passer grand-chose depuis le début de la saison. Après trois matchs, celui qui a remporté la Coupe Napa en 2014 avait une moyenne de 1,78, accompagnée d’un pourcentage d’arrêts de ,941.

 « On sait c’est quoi, un gardien hot », a soupiré Fortin en pensant à la performance offerte par Kevin Ladouceur, du Wild de Windsor, il y a une semaine.

Paul Jr Bourbeau devrait affronter les tirs du Formule Fitness. Charles Power, pour des raisons personnelles, ne sera pas en uniforme. Le dur à cuire Marc-André Roy sera de retour dans l’alignement.

Par ailleurs, Guillaume Pelletier­ a assisté au match des Maroons samedi dernier à l’aréna Jacques-Chagnon. Mais attention, on ne parle pas encore d’un retour au jeu.

« Il est possible que Guillaume soit opéré à nouveau à son œil blessé, a expliqué Fortin. Sa vision s’améliore tranquillement. J’ai apprécié sa visite, ça montre qu’il se sent encore membre de l’équipe. Il ne m’a pas dit qu’il reviendrait, mais il ne ferme pas la porte non plus. Il faut être patient. »