L’an prochain, le duo formé par Chloe Choinard et Mathieu Ostiguy fera le saut chez les seniors. Une nouvelle étape qui ne stresse aucunement les patineurs.

Mathieu Ostiguy et Chloe Choinard sur la même longueur d’onde

Ils se connaissent depuis un an et demi à peine, mais déjà, ils savent qu’ils feront un bon bout de chemin ensemble. Ou plutôt plusieurs figures, sauts et portés. Et si tout ça semble facile sur la glace, sachez que la magie de Mathieu Ostiguy et sa partenaire Chloe Choinard prend naissance bien avant qu’ils n’enfilent leurs patins.

Les patineurs, âgés respectivement de 21 et 16 ans, ont été jumelés par leurs entraîneurs respectifs au printemps 2017. Rapidement, la chimie a opéré. « Quelques semaines plus tard, je déménageais à Montréal ! », se rappelle Chloe.

S’il s’agissait d’une première expérience en duo pour l’Ontarienne originaire du coin de Belleville, il s’agissait aussi d’un nouveau défi pour l’Angèloirien, qui a patiné aux côtés de Justine Brasseur entre le printemps 2014 et janvier 2017.

« C’est une toute nouvelle personne. C’est le rythme qui change, ce sont les techniques qui changent. Il a fallu qu’on apprenne à communiquer et qu’on s’adapte ensemble pour trouver notre rythme et notre façon de faire », raconte-t-il.

La confiance et la complicité se sont rapidement installées, poursuit Chloe. « Pour moi, le plus difficile a été d’apprendre à communiquer et de réaliser des chorégraphies avec quelqu’un d’autre alors que j’ai toujours patiné seule, explique la jeune athlète de 16 ans. Mais j’avais déjà de bonnes bases, particulièrement pour les sauts, alors ça s’est bien passé ! »

« Ça a débloqué assez rapidement, confirme son partenaire. C’était même impressionnant de la voir aller sur ses sauts lancés. D’habitude, ça prend un certain temps avant d’être solide pour ce genre de technique, mais après quelques semaines, Chloe les maîtrisait très bien. »

Complices

La glace n’a pas mis de temps à être brisée. À leur premier championnat en tandem, qui a eu lieu en août 2017 à Pierrefonds, le duo a mis la main sur la médaille de bronze. « Les gens nous regardaient et nous disaient : “Vous allez tellement bien ensemble ! ” » confiait alors Mathieu à La Voix de l’Est.

Les deux sont si bien assortis que, comme bien des partenaires en patinage artistique, Chloe et Mathieu sont souvent considérés comme un véritable couple. « Ça nous fait rire, commente Ostiguy. Pour nous, sur la glace, c’est comme si on était des acteurs. On doit le préciser aux gens de temps en temps. Qu’on nous prenne pour un couple, c’est un compliment pour nous. »

Le duo s’entraîne sur la glace une vingtaine d’heures par semaine, le plus souvent à raison de cinq sessions de trois à quatre heures.

À les entendre, il est facile de voir que l’un et l’autre se vouent respect et admiration. « Il me fait toujours rire, et ça permet de détendre l’ambiance de nos séances d’entraînement », dit Chloe de son partenaire qui, en contrepartie, apprécie sa capacité d’écoute.

Leur première compétition internationale, en Lettonie, a également été un moment marquant pour les deux athlètes.

« Pour moi, c’était la septième fois que je prenais part à une compétition d’une telle envergure. Mais comme c’était la première fois pour Chloe, ça m’a fait revivre mes premières expériences et j’ai vu la compétition d’un angle différent », confie Mathieu.

Plusieurs mésaventures ont rythmé l’événement, à commencer par une correspondance ratée à Bruxelles. Sur la glace, le programme long qui devait durer quatre minutes a plutôt pris trois fois plus de temps avant d’être complété. « Au départ, c’est la musique de quelqu’un d’autre qui s’est mise à jouer, raconte Mathieu. Et ensuite, quelqu’un l’a mise sur pause en plein milieu ! »

Après être passés à travers cette aventure — en récoltant une septième place —, Chloe et Mathieu étaient prêts à tout pour la suite des choses. « On l’a pris en riant, confie ce dernier. Malgré tout, ça a été une expérience super le fun et nos performances ont été super bonnes. »

Prêts pour la prochaine étape

Le duo s’entraîne sur la glace une vingtaine d’heures par semaine, le plus souvent à raison de cinq sessions de trois à quatre heures.

« On travaille fort ; 90 % du temps, nous sommes les premiers sur la patinoire, le matin, indique Mathieu. On n’est pas là pour perdre notre temps. On n’a jamais besoin de convaincre l’autre d’en faire plus, car on donne tout ce qu’on a tout le temps. Ça nous met en confiance, car on sait qu’on a toujours donné notre maximum. »

Des efforts qui ne cessent de porter leurs fruits. En novembre, les patineurs ont été couronnés champions en couple chez les juniors, à Gatineau, à l’occasion des Championnats A de la section Québec de patinage artistique. Puis, plus tôt ce mois-ci, ils ont été couverts d’or dans leur catégorie au Défi Patinage Canada.

L’an prochain, le duo fera le saut chez les seniors. Une nouvelle étape qui ne stresse aucunement les patineurs, qui sont même enthousiastes.

« Ça ne change rien à notre planification. On se prépare pour ça depuis le début de notre saison, pour arriver avec confiance à ce nouveau niveau, indique Mathieu Ostiguy. On va patiner dans la cour des grands, y faire notre place et savourer au maximum cette expérience. On y va pour apprendre et pour grandir. »