Le parcours de Rebecca Marino a pris fin en quarts de finale.

Marino éliminée, Sebov et Andreescu en demi-finales

Rebecca Marino s’est battue elle-même, vendredi, en quarts de finale du Challenger Banque Nationale de tennis.

La Britanno-Colombienne s’est inclinée en des manches 6-4, 6-7 (5) et 7-5 devant l’Australienne et favorite Arina Rodionova, qui semble avoir de grandes ambitions à Granby. Le match, un véritable marathon, a duré plus de 2 h 30.

Marino a le mérite de n’avoir jamais lâché. Plus d’une fois, on a cru qu’elle était finie, mais elle revenait toujours plus fort. Par contre, elle a commis pas moins de 12 double fautes, dont trois lors de points de bris, ce qui a fini par lui faire très mal. Quand on dit qu’elle s’est battue elle-même…

« J’ai 12 double fautes, mais j’ai aussi réussi 14 as, a-t-elle noté en conversation avec quelques journalistes. Pour moi, ce n’est donc pas la fin du monde. À vrai dire, pour être parfaitement honnête, je suis plutôt satisfaite de mon match. Arina est une bonne joueuse et, à mon avis, c’était du tennis de haut niveau. Je ne suis pas gênée… »

Marino vient de perdre deux fois de suite face à Rodionova. La semaine dernière, elle avait baissé pavillon au deuxième tour du Challenger de Gatineau.

« C’était beaucoup moins serré que celui-ci comme match. Vraiment, j’ai connu une bien meilleure semaine ici. Et d’être capable de jouer une rencontre aussi longue, par un temps aussi chaud, je trouve ça rassurant… »

Car elle n’a quand même pas joué une tonne de tournois depuis son retour au jeu à la suite d’une absence qui aura duré cinq ans.

« Moi, j’aurais été prête à disputer un autre set ! », a-t-elle lancé en riant.

Marino espère maintenant recevoir un laissez-passer pour le tournoi de la Coupe Rogers, à Montréal. Elle devrait l’obtenir. En fait, elle le mérite.

« J’ai passé une belle semaine chez nous », a-t-elle conclu.

Plus loin, Rodionova savourait son succès.

« C’était très serré, ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre, a-t-elle dit. Ça a été une belle bataille, une grande bataille, et je suis contente de l’avoir remportée. »

En demi-finale, Rodionova affrontera la Canadienne Katherine Sebov, qui n’a fait qu’une bouchée de l’Américaine Usue Maitane Arconada (6-0, 6-1).

« De façon générale, je joue bien cette semaine, a mentionné la Torontoise de 19 ans. J’ai fait la finale ici l’an dernier et je vous mentirais si je vous disais que ce n’est pas mon but d’y retourner. J’y crois. »

Sebov, huitième favorite, est très à l’aise sur les terrains de Granby.

« Tout est fait afin qu’on se sente bien ici. C’est un Challenger, mais on a l’impression que c’est un tournoi beaucoup plus gros en raison de la qualité de l’organisation et de la participation des amateurs. J’adore ça ! »

Andreescu : quel retour!

En fin de soirée, Bianca Andreescu, troisième favorite, a renversé l'Australienne Ellen Perez, sixième, en des manches de 5-7, 6-4 et 7-5. On dit renverser parce que l'Ontarienne de Mississauga tirait de l'arrière 5-3 lors du set décisif! 

«Honnêtement, je ne sais trop comment j'ai fait pour effectuer ce retour, surtout que j'ai mal au dos, a-t-elle confié. J'ai eu une bonne discussion avec mon entraîneur à la suite de la première manche (pendant que la pluie tombait) et ça m'a permis de reprendre mon souffle et de me recentrer sur moi-même et sur mon jeu. Ça a probablement fait la différence...»  

Andreescu a rendez-vous avec Julia Glushko en demi-finale. L’Israélienne, cinquième favorite, est une habituée de Granby.